Tour Triangle : le Conseil de Paris va se prononcer en juin

le
0

Les Verts, alliés à l’UMP et au Centre, avaient rejeté en novembre le projet d’Unibail-Rodamco, qui prévoit la construction d’une tour de 180 mètres de haut dans le XVe arrondissement de Paris.

Le feuilleton continue. Le Conseil de Paris se prononcera à nouveau en juin sur le projet de Tour Triangle, amendé par Unibail-Rodamco pour répondre aux souhaits des élus, a-t-on appris jeudi auprès de la mairie de Paris. Le géant de l’immobilier a substantiellement modifié son projet, en renforçant les synergies avec le Parc des Expositions, comme le demandaient certains élus, selon un document obtenu par l’AFP jeudi. Triangle 2 comprend désormais un hôtel 4 étoiles de 120 chambres, situé entre les 12e et 17e étages de la tour. En son sein, un «sky bar» et un restaurant seront ouverts à tous. Le gratte-ciel accueillera en outre 2.240 m2 d’espaces de «co-working» (espaces de travail partagés), dévolus aux entreprises émergentes dans le domaine de la création de salons et dans l’événementiel, et un centre de conférence de 1.400 m2.

Les Verts, alliés à l’UMP et au centre, avaient rejeté en novembre le projet d’Unibail-Rodamco, qui prévoit la construction d’une tour de 180 mètres de haut au Parc des Expositions de la Porte de Versailles (XVe).

Au niveau R+2 prendra place un espace culturel de 550 m2, dédié à l’art, au design et à l’architecture. Tous ces nouveaux équipements, ajoutés à une crèche, une maison de santé, un belvédère, un atrium et un restaurant panoramique déjà prévus, représentent 25% des surfaces de la Tour hors-bureaux, assure Unibail-Rodamco. Il y aura ainsi un peu moins de 70.000 m2 de bureaux, contre 80.000 m2 dans le projet présenté en novembre. Selon plusieurs élus centristes, la délibération proposée par l’Hôtel de ville pourrait être adoptée grâce au changement de pied de certains représentants de l’UDI. Interrogé par l’AFP, le président du groupe UDI-MoDem Eric Azière a reconnu l’existence de points de vue divergents au sein de ses troupes. Chacun pourra se prononcer librement, a-t-il affirmé.

Un vote très serré

La majorité des élus Républicains devraient en revanche rester sur leur vote initial. Le député-maire du XVe arrondissement Philippe Goujon avait affirmé la semaine dernière à l’AFP que le nouveau projet n’était «pas suffisant». Le vote du 17 novembre, très serré (83 contre, 78 pour, un nul et un non votant) avait été particulièrement mouvementé, plusieurs élus de la droite et du groupe écologiste ayant décidé de montrer ostensiblement leur bulletin, alors que le scrutin devait rester secret à la demande du PS. Le groupe PS avait saisi la justice administrative pour faire annuler le vote. Cette procédure est toujours en cours.

Lancé par l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë en 2008, le projet de construction de Triangle a été repris à bras le corps par Anne Hidalgo, malgré l’opposition de ses partenaires écologistes. Le gratte-ciel a été dessiné par le prestigieux cabinet d’architectes Herzog et de Meuron, auteur entre autres de la Tate Modern de Londres et du Nid d’Oiseau à Pékin. Son coût -intégralement à la charge du privé- est estimé à 520 millions d’euros.

En parallèle, Viparis (contrôlé par Unibail à parité avec la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Ile-de-France), a engagé une rénovation complète du Parc des Expositions, pour un coût de 500 millions d’euros.Initialement favorables à la tour, l’UMP et l’UDI ont tourné casaque lors de la campagne des élections municipales, avec l’entrée en lice de la candidate UMPNathalie Kosciusko-Morizet.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant