Tour de vis marxiste en Chine

le
0
Laurent Fabius et Manuel Valls en visite à l'université de l'aviation civile de Chine, à Tianjin (illustration).
Laurent Fabius et Manuel Valls en visite à l'université de l'aviation civile de Chine, à Tianjin (illustration).

Manuel Valls a eu droit au tapis rouge pour sa première visite en Chine, et une audience auprès du président Xi Jinping. Pendant ce temps, les enseignants chinois sont priés, eux, de ne pas frayer avec l'étranger et de revenir dans le droit chemin du marxisme. Le régime vient en effet de bannir les "valeurs occidentales" de l'enseignement universitaire. "Ne laissez jamais un livre promouvant les valeurs occidentales apparaître dans vos cours", a mis en garde le ministre de l'Éducation, Yuan Guiren, à destination des professeurs. Les livres qui critiquent le "socialisme" ou "insultent le leadership du Parti communiste" sont interdits de cité, rapporte l'agence officielle Xinhua.

Les séances de dénonciation publique ont déjà commencé puisqu'un professeur de la prestigieuse université de Pékin, He Weifang, est déjà sur la sellette, accusé de "discréditer la Chine" par le journal Quishi, proche du Parti. Le professeur de droit avait émis des doutes sur "l'État de droit" à la chinoise, grand chantier du nouveau timonier. Dans la même université, son collègue économiste Xia Yeliang avait perdu son poste pour avoir réclamé de timides réformes, en 2013.

Tour de vis idéologique

Depuis le début de l'année, Xi impose un nouveau tour de vis idéologique sur le monde de l'éducation et de l'information. Au début du mois de janvier, le politburo a décrété une directive visant à renforcer le contrôle sur les idées, au nom de la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant