Tour de France: Ryder Hesjedal, leader de Garmin, abandonne

le
0

TOMBLAINE, Meurthe-et-Moselle (Reuters) - La terrible étape de vendredi, théâtre de plusieurs chutes dont une très violente à 25 km de l'arrivée, a provoqué l'abandon de 12 coureurs du Tour de France, une hécatombe dont la victime de marque se nomme Ryder Hesjedal, vainqueur du Giro.

Le Canadien a renoncé samedi matin à prendre le départ de la septième étape qui s'est élancée peu après midi de Tomblaine, en Meurthe-et-Moselle.

Plusieurs autres coureurs en ont fait de même, victimes pour certains de fractures multiples aux côtes, de poignets ou de bras cassés, de poumons perforés.

Hesjedal souffre lui d'un très gros hématome à la jambe gauche et à la hanche, a annoncé sa formation Garmin-Sharp qui, outre son leader, a perdu deux autres coureurs vendredi, l'Américain Tom Danielson et le Sud-Africain Robert Hunter.

"Ryder Hesjedal a de nouveau été examiné ce matin par l'équipe médicale (...) La blessure persiste et l'empêche de pédaler normalement", écrit Garmin dans un communiqué.

"La blessure ne pourrait que s'aggraver s'il essayait de courir aujourd'hui", souligne le médecin de l'équipe américaine, Prentice Steffen, cité dans ce communiqué.

Hesjedal, 32 ans, était considéré jusqu'à vendredi comme un des coureurs susceptibles de troubler le duel attendu entre Bradley Wiggins et Cadel Evans.

CERTAINS ESSAIENT QUAND MÊME...

Selon plusieurs coureurs, la chute survenue vendredi à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée a été provoquée par Davide Vigano, Italien de la Lampre, qui a entraîné avec lui plusieurs dizaines de concurrents dont la quasi-totalité des coureurs de Garmin.

"A ce que Dave (David Millar, ndlr) m'a dit, Vigano a essayé d'enlever ses couvre-chaussures", a dit samedi matin le manager de Garmin-Sharp, Jonathan Vaughters.

"Ce n'est pas de sa faute, quand vous êtes serrés comme des sardines à 70 km/h... On courait ensemble en équipe, on était là où on devait être, c'est juste pas de chance."

"On va aller jusqu'au jour de repos (mardi) et on reverra nos plans à ce moment-là."

Outre Hesjedal et ses compagnons chez Garmin, le Tour avait perdu dès vendredi soir l'Espagnol Oscar Freire, triple champion du monde, qui souffre d'une côte cassée et d'une perforation d'un poumon. Il était toujours en observation à l'hôpital samedi matin.

Le Néerlandais Wouter Poels, qui avait terminé l'étape avec trois côtes cassées, un rein et la rate touchés, l'Espagnol Mikel Astarloza et l'Italien Davide Vigano avaient également abandonné.

La liste s'est allongée samedi au départ avec l'annonce des abandons de deux coureurs de Movistar, les Espagnols Imanol Ervitti et José Ivan Gutierrez.

Ont aussi quitté le Tour le Français Hubert Dupont, victime d'une fracture du poignet, l'Espagnol Amets Txurruka, qui s'est cassé la clavicule, ou encore le Belge Maarten Wynants, poumon perforé.

En difficulté dès le départ, le Français Anthony Delaplace, victime de fractures du scaphoïde et du radius, a été très vite contraint de renoncer.

D'autres ont pris le départ mais risquent de ne pas aller jusqu'à La Planche des Belles Filles, arrivée très raide du jour, au bout de 199 km.

C'était le cas notamment du grimpeur Pierre Rolland, dixième et meilleure jeune l'année dernière, il souffre du bras et n'était pas certain d'aller au bout.

Grégory Blachier avec Gilles Le Roc'h, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant