Tour de France : Romain Bardet, le petit prince du cyclisme français

le
0
La joie de Romain Bardet, vainqueur d'une étape et surtout deuxième de ce 103e Tour de France, qui partage le podium entre le maillot jaune Christopher Froome (1er) et Nairo Quintana (3e).
La joie de Romain Bardet, vainqueur d'une étape et surtout deuxième de ce 103e Tour de France, qui partage le podium entre le maillot jaune Christopher Froome (1er) et Nairo Quintana (3e).

Mercredi dernier, Bernard Hinault, dernier vainqueur français du Tour de France ? il y a 31 ans déjà ? avait le luxe de suivre le coureur de son choix lors du contre-la-montre jugé sur la côte de Demancy. C'est là qu'il avait trouvé les ressources pour quitter ses adversaires en 1980 et devenir champion du monde, le « couronnement de sa carrière », dixit Jean-Paul Ollivier. Et le « Blaireau », qui suivait cette année son dernier Tour de France pour ASO (l'organisateur), a choisi de suivre Romain Bardet (AG2R), alors 5e du classement général.

Bernard Hinault ne s'est pas trompé : le Français réalise un contre-la-montre de haute volée (5e à 42 secondes du vainqueur, Christopher Froome), dans un exercice qui d'habitude n'est pas vraiment favorable aux coureurs tricolores. Le « Blaireau » venait d'assister aux premières loges à l'acte 1 d'un morceau de bravoure comme il en a tant manqué dans ce Tour de France.

REVIVEZ le contre-la-montre de la 18e étape :

L'arrivée triomphale à Saint-Gervais

Le lendemain, dans l'autre sens, la côte de Demancy est glissante comme jamais et piège même le maillot jaune. Romain Bardet, lui, résiste aux aléas du temps et aux chutes, dans la roue de Mickael Chérel, l'infatigable lieutenant, qui a lancé sans ménagement une opération kamikaze qui allait devenir une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant