Tour de France: Riblon vainqueur d'une étape de légende

le
0
CHRISTOPHE RIBLON DÉCROCHE LA PREMIÈRE VICTOIRE FRANÇAISE DU 100E TOUR DE FRANCE
CHRISTOPHE RIBLON DÉCROCHE LA PREMIÈRE VICTOIRE FRANÇAISE DU 100E TOUR DE FRANCE

par Gilles Le Roc'h

L'ALPE D'HUEZ, Isère (Reuters) - Double ascension de l'Alpe d'Huez, victoire de Christophe Riblon, fringale de Christopher Froome qui conforte son maillot jaune, défaillance d'Alberto Contador qui reste deuxième d'un souffle, la 18e étape du Tour de France a tenu ses promesses.

Cette étape était celle de toutes les craintes, pas seulement parce qu'il fallait se frayer à deux reprises un chemin dans la pente surchauffée de l'Alpe, bouillonnante, effervescente, à la limite de l'explosion populaire.

Pas seulement non plus parce qu'il fallait dévaler la montagne sur la route défoncée du col de Sarenne large comme un ticket de métro et où la pluie menaçait de venir gâcher la course.

Elle a surtout tenu ses promesses parce que, du début à la fin des 172,5 km, les coureurs ont produit un spectacle digne de l'événement, peut-être sublimés par le défi qui leur était proposé.

Il y a eu deux courses en une en ce jour mémorable pour le cyclisme. La victoire d'étape s'est jouée dès le départ avec d'incessantes attaques.

Elles ont fini par permettre à neuf coureurs de se dégager et de prendre une avance confortable leur permettant de savoir, après avoir franchi le col d'Ornon, que le vainqueur était parmi eux: Tejay Van Garderen (BMC), Arnold Jeannesson (FDJ.fr), Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step), Tom Danielson (Garmin-Sharp), Moreno Moser (Cannondale), le vétéran Jens Voigt (RadioShack-Leopard), Christophe Riblon ou Lars Boom (Belkin).

Leur avance de huit minutes au premier passage à Bourg d'Oisans à la porte de la montée de l'Alpe d'Huez laissait supposer que tout se jouerait dans la deuxième montée finale mais Van Garderen, impatient, a semé le trouble immédiatement.

Il s'est isolé en tête de course avant de voir rappliquer Riblon et Moser avant le sommet.

FRINGALE

Pour les hommes de tête, l'intensité est montée d'un cran dans la descente du col de Sarenne quand Van Garderen a été arrêté par un ennui mécanique et Riblon a raté un virage sans tomber. Le trio ne s'est recomposé qu'au fond de la vallée.

Présumant de ses forces, Van Garderen a une nouvelle fois attaqué au pied de l'Alpe et a pensé avoir fait le plus dur en distançant Riblon de 37 secondes au panneau des 5 kilomètres.

"Moi, dans ma tête", a dit le Français, "je jouais la deuxième place mais mon directeur sportif Julien Jurdie y croyait comme un fou, me jurant que Van Garderen allait coincer."

En effet l'Américain, meilleur jeune en 2012, n'est pas arrivé à sauver le Tour catastrophique de son équipe BMC et il a vu revenir Riblon à deux kilomètres de l'arrivée.

"Je l'ai vu devant moi. Je me suis dit que c'était une chance inouïe", a raconté Riblon.

"J'étais échappé avec Pierre Rolland il y a deux ans quand il a gagné, je m'étais dit 'putain, j'ai laissé passer une occasion en or'. Et là je gagne. J'en ai pleuré avant de franchir la ligne d'arrivée"

A l'arrière après une vaine attaque dans la descente du col de Sarenne, Alberto Contador a fait partie des victimes du jour.

Il a craqué à dix kilomètres de l'arrivée sur une accélération de Froome, toujours soutenu par Richie Porte et suivi par Joaquim Rodriguez (Katusha) et Naïro Quintana (Movistar), quatrième de l'étape et désormais troisième du classement général à 21 secondes de Contador.

Froome, victime d'un début de fringale à 4 kilomètres du sommet a sans doute eu le bon réflexe en demandant à Porte d'aller lui chercher des sachets de glucose à la voiture de Nicolas Portal.

Le ravitaillement est interdit si près de l'arrivée. Le maillot jaune a été pénalisé de 20 secondes pour avoir enfreint le règlement. La note aurait été plus salée s'il ne s'était immédiatement alimenté.

A trois jours de l'arrivée à Paris, le Britannique possède 5'11 d'avance sur Contador et 5'32 sur Quintana.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant