Tour de France: Peter Sagan ne peut se contenter du maillot vert

le
0
PETER SAGAN, MAILLOT VERT DU TOUR DE FRANCE 2012
PETER SAGAN, MAILLOT VERT DU TOUR DE FRANCE 2012

par Gilles Le Roc'h

PARIS (Reuters) - Peter Sagan, vainqueur de trois étapes et lauréat du classement par points du Tour de France, a épaté le public et confirmé aux yeux des connaisseurs l'étendue du talent déjà démontré depuis ses débuts professionnels en 2010.

Premier Tour, première étape et première victoire, telle était la statistique du sprinteur slovaque à Seraing.

Le coureur de l'équipe Liquigas-Cannondale y avait fait l'étalage de toutes ses qualités - puissance, sens de la course, sang-froid et maturité pour ne pas prendre le relais demandé par Fabian Cancellara et pour porter son effort au bon moment.

"Au départ du Tour, je voulais gagner une étape et j'y suis parvenu très vite", a-t-il dit.

"Cela m'a à la fois rassuré et donné de l'ambition. Ce soir-là, j'ai endossé le maillot vert et je me suis dit qu'il fallait me battre pour le garder. Au fil des jours, mon ambition était d'atteindre Paris avec ce maillot."

A 22 ans, Peter Sagan a signé une très grande performance puisque personne, pas même une journée, ne lui a pris ce maillot.

Il est vrai que sa victoire à Boulogne-sur-Mer dans la troisième étape lui a donné un avantage important: il a su tenir ses rivaux à distance respectable jusqu'à Metz où, pour la première fois, il s'est imposé dans un sprint massif.

"Ce fut une surprise pour moi aussi de gagner un sprint massif", a-t-il raconté.

"Je sais gagner des courses. J'ai eu la chance d'en gagner déjà beaucoup depuis mes débuts pros mais sur le Tour, je me suis rendu compte que j'avais le niveau, face aux meilleurs du monde, dans la plus grande course du monde, dans tous les sprints massifs. J'en suis ravi."

IL A APPRIS SUR LA VUELTA

Puis il a démontré un mental assez étonnant pour son âge en attaquant, même dans des étapes de montagne, pour aller marquer des points dans les sprints intermédiaires, écoeurant ses adversaires au fil des jours.

La cause était entendue dès dimanche dernier, après une quatorzième étape terminée à la deuxième place malgré les ascensions du Port de Lers et de l'effrayant Mur de Péguère.

"Ne pas avoir gagné à Foix est une petite déception", disait alors Sagan, à qui les succès ont donné faim.

"J'avais réussi à prendre l'échappée pour remporter le sprint intermédiaire et inscrire plus de points (...) J'ai fini deuxième et je dois surtout retenir de cette étape que j'ai réalisé une grosse opération au classement par points."

"Mais quand on commence à gagner, on en veut toujours plus. J'étais venu au Tour avec l'objectif de remporter une étape, donc avec trois plus le maillot vert, je suis très content. Tout est allé au-delà de mes espérances."

Peter Sagan termine avec plus de 100 points d'avance sur l'Allemand Andre Greipel, également vainqueur de trois étapes.

"Une telle avance, c'est énorme mais c'est le fruit de mon travail", s'est-il félicité. "J'ai donné tout ce que j'avais pour marquer des points dans toutes les occasions."

"J'ai la chance d'avoir disputé la Vuelta l'an dernier, elle m'a donné quelque chose en plus, de la force d'abord, et j'y ai appris comment rester frais pour résister à la difficulté de trois semaines de course."

"Dans un Grand Tour, tout dépend de la condition physique. Il faut y arriver dans la meilleure forme possible."

Edité par Grégory Blachier et Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant