Tour de France - Ollivier : "Le mont Ventoux, mythique et mystique"

le
0
Christopher Froome est le dernier coureur à s'être imposé au mont Ventoux, en 2013.
Christopher Froome est le dernier coureur à s'être imposé au mont Ventoux, en 2013.

Ils seront de nouveau des milliers au bord des routes pour acclamer les coureurs, ce jeudi. En ce jour férié, l'atmosphère sera bouillonnante autour des lacets qui mènent à l'une des arrivées les plus attendues de ce Tour de France : le sommet du mont Ventoux. Pour comprendre la particularité de ce lieu qui a accueilli à quinze reprises les coureurs la Grande Boucle, il convient avant tout de saisir les particularités d'un endroit aride et atypique. « C'est un mont chauve », comme le rappelle Jean-Paul Ollivier, journaliste et « historien » du Tour de France. « Pourtant, on y recense 1 200 espaces végétales et ce sont des plantes étonnantes à cause de la conjugaison des vents. Ainsi, on trouve des plantes qui poussent dans le Grand Nord, mais aussi d'autres qui viennent d'Amérique du Sud, à l'image du pavot noir du Pérou. »

« Des courants magnétiques qui provoquent des accidents »

Pour les coureurs du Tour de France, cette ascension rime surtout avec souffrance. « Les vents dérangent, il y a des courants magnétiques souvent mal définis qui provoquent de nombreux accidents », raconte Jean-Paul Ollivier. Le journaliste rappelle l'insolation dont a été victime Jean Malléjac (en 1955) et revient sur la mort de Tom Simpson. Le Britannique est décédé en 1967 sous une chaleur accablante (35 °C), « après avoir avalé de nombreuses...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant