Tour de France: Mark Cavendish verra-t-il Paris ?

le
0

par Gilles Le Roc'h

LIEGE (Reuters) - Depuis le début de saison se pose la question de la cohabitation dans le Tour de France entre Bradley Wiggins, prétendant à la victoire finale, et Mark Cavendish, qui remet en jeu son maillot vert du classement par points.

Sans qu'il s'agisse d'un écueil, le Team Sky semble avoir tranché et pourrait avoir établi un compromis favorable à Wiggins.

Annoncer à Mark Cavendish, vingt succès d'étapes lors des dernières années, qu'il ne sera pas la priorité du système mis en place en juillet, n'était pas simple tant le Britannique avait pris l'habitude depuis 2008 de voir toute l'équipe HTC-Colombia lui préparer les sprints.

"Le Tour de France reste le plus important. Je veux poursuivre ma série de victoires", disait le champion du monde en début de saison.

"Puis il y aura les Jeux olympiques dans mon pays. Ce sont deux objectifs très différents. La course olympique est un rêve et elle va évidemment s'accompagner d'un sentiment patriotique. C'est l'opportunité de ma vie !"

Le calendrier a donc retiré une épine du pied de Dave Brailsford, le patron du Team Sky, qui dirige Cavendish pour la première fois cette année même s'il a travaillé avec lui sur piste il y a quelques années.

Puisque le Britannique n'aura pas d'autres possibilités dans sa carrière de devenir champion olympique sur ses terres, il n'a pas été difficile de lui faire admettre que Sky travaillerait surtout en juillet pour offrir le maillot jaune à Wiggins.

Depuis, son entraîneur Rob Ellingworth a laissé entendre que Cavendish pourrait, cette année, ne pas voir les Champs-Elysées où il s'est imposé ces trois dernières années.

"On ne peut pas dire ça comme ça, assure le directeur sportif Sean Yates, mais c'est vrai que l'objectif pour l'équipe sera de gagner le Tour de France avec Bradley Wiggins, des étapes en première partie de Tour avec Mark Cavendish et si le maillot vert nous tombe dans les mains, on le prendra mais nous ne travaillerons pas spécifiquement pour lui ! Et nous sommes tous conscients que jouer le Tour et le titre olympique ne sera pas simple."

DEUX OBJECTIFS ÉNORMES ET DIFFÉRENTS

Pour gagner des étapes, Cavendish disposera des services de son ami Bernhard Eisel et profitera du dispositif de soutien à Wiggins, censé lui éviter tout risque de chute.

Sky roulera donc en tête de peloton et nul doute que le Norvégien Edvald Boasson Hagen et les Australiens Michael Rogers et Richie Porte sauront également étirer le peloton. Sans en faire trop, mais assez pour cela convienne au meilleur sprinteur du monde.

"La difficulté vient du fait que nous avons deux grands champions qui poursuivent deux objectifs énormes mais différents et qui nécessiteraient, pour chacun, le travail de toute une équipe", poursuit Sean Yates.

"Nous avons sept équipiers et les sept ne seront pas réquisitionnés pour le maillot vert. Notamment pour bien négocier le sprint intermédiaire quotidien qui est tellement important. Pour être franc, nous avons l'opportunité unique de gagner le Tour et de décrocher la médaille d'or dans la course en ligne (aux JO). Le reste serait du bonus."

C'est peut-être pour cette raison que Cavendish a pour la première fois bouclé le Tour d'Italie dont il espérait revenir avec le maillot rouge du classement par points, que lui a subtilisé pour un point l'Espagnol Joaquim Rodriguez.

La question qui se pose à Liège porte donc sur la volonté de Cavendish de finir le Tour.

"Si ça ne marche pas, conclut Yates, il pourra se dire qu'il jouera le Maillot Vert du centième Tour à fond en 2013. Si ça marche, il pourra être économe de ses efforts et attendre Paris. Pour gagner la dernière étape, prendre le maillot vert en voyant Bradley Wiggins monter sur le podium en jaune. Ce serait le rêve."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant