Tour de France: Mark Cavendish remporte la cinquième étape

le
0
MARK CAVENDISH S?IMPOSE AU SPRINT DANS LA 5E ÉTAPE DU TOUR
MARK CAVENDISH S?IMPOSE AU SPRINT DANS LA 5E ÉTAPE DU TOUR

MARSEILLE (Reuters) - Le Britannique Mark Cavendish a remporté mercredi au sprint la cinquième étape du Tour de France à Marseille, à l'issue de laquelle l'Australien Simon Gerrans a conservé son maillot jaune.

Le coureur de la formation Omega Pharma-Quick Step, qui s'est adjugé là sa 24e victoire d'étape sur la Grande Boucle, s'est imposé devant Edvald Boasson Hagen et Peter Sagan.

Le maillot vert reste sur les épaules du Slovaque Sagan et celui de meilleur grimpeur sur celles du Français Pierre Rolland.

L'étape du jour, disputée sur 228,5 km entre Cagnes-sur-mer (Alpes-Maritimes) et Marseille, a été animée par une échappée de six coureurs, dont les deux derniers rescapés ont été repris à cinq kilomètres de la ligne d'arrivée.

Romain Sicard (Euskaltel-Euskadi), Anthony Delaplace (Sojasun), Kévin Reza et Yukiya Arashiro (Europcar), Alexey Lutsenko (Astana) et Thomas de Gendt (Vacansoleil) sont en effet partis au premier kilomètre.

Comme toujours dans ce cas de figure lorsqu'aucun coureur ne présente de sérieuse menace au classement général, le peloton a laissé partir les fuyards qui ont compté jusqu'à plus de douze minutes d'avance au kilomètre 37.

A 120 km de la ligne d'arrivée, l'écart a commencé à se réduire sous l'impulsion de la formation du maillot jaune, Orica-Greenedge, soucieuse de contrôler la course.

Sentant le peloton rouler très fort derrière lui, le groupe des échappés s'est scindé et quatre coureurs se sont détachés: Arashiro, Reza, Lutsenko et De Gendt.

Malgré deux minutes d'avance encore à 20 km de l'arrivée, les courageux du jour se sont toutefois effondrés en fin d'étape, victimes du tempo imposé derrière et d'un vent de face compliqué à gérer avant l'entrée dans Marseille.

Logiquement, la jonction s'est faite à cinq kilomètres de la ligne, en dépit d'un baroud d'honneur de Reza et Lutsenko.

Dans la foulée, les équipes de sprinteurs se sont mises en ordre de bataille, l'arrière du peloton a chuté non loin de l'arrivée et Mark Cavendish a survolé des débats, comme souvent lorsqu'il s'agit d'un sprint.

Olivier Guillemain, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant