Tour de France: Mark Cavendish en colère après sa chute

le
0
Tour de France: Mark Cavendish en colère après sa chute
Tour de France: Mark Cavendish en colère après sa chute

par Gilles Le Roc'h

ROUEN, Seine-Maritime (Reuters) - Les vitres du bus noir du Team Sky ont tremblé mercredi quand Mark Cavendish s'y est engouffré, visage fermé et maillot déchiré, après sa chute dans le final de la quatrième étape du Tour de France, qui semble compromettre son envie de maillot vert.

La chute a été impressionnante, dans le dos de l'équipe Lotto-Belisol et d'Andre Greipel, vainqueur du jour.

Cavendish est tombé lourdement, comme cela lui était arrivé en début de Giro à Herning. Il a mis quelques secondes à se relever avant d'enfourcher son vélo et de rejoindre l'arrivée.

Il eut alors le temps de se remémorer l'époque où son ancienne équipe HTC-Colombia régentait le peloton pour qu'il n'ait pas besoin de lutter ni de prendre des risques pour trouver sa place.

Cette année, seul Bernhard Eisel travaille pour lui et les deux hommes se sont retrouvés à terre.

"Mark Cavendish, ça va", a dit Dave Brailsford, le manager de l'équipe britannique qui, tous les jours, compte des coureurs blessés.

"Bernhard Eisel, c'est plus sérieux. Il a le front ouvert et a reçu quatre points de suture. Je ne peux pas répéter ce qu'ils ont dit en arrivant dans le bus. On va les soigner, faire le point ce soir et on sera prêt demain."

Ces propos ont été étayés ensuite par Sean Yates, le directeur sportif.

"Oui Cav', ça va, il n'a rien de cassé, des plaies et des bosses sur tout le corps. Ce à quoi ont peut s'attendre après une chute à 70 km/h", a-t-il souligné.

"Evidemment, il n'est pas très heureux, c'est une occasion de ratée surtout qu'il se sentait en grande forme, il l'avait montré au sprint intermédiaire. Je ne lui ai pas parlé, il faut attendre que les choses se calment un peu."

C'est qu'il faut faire preuve de psychologie dans ce Team Sky où doivent à la fois être ménagés les intérêts de Bradley Wiggins, qui veut le maillot jaune, et de Cavendish, champion du monde. Pas simple...

"Pour le maillot vert, Mark a pris un petit coup mais on va essayer de grignoter. C'est long trois semaines", a souligné Yates.

"Ce n'est pas idéal d'imaginer un sprint demain. Quand on se fait mal, le corps a besoin de repos. Ca peut aussi vous émousser mais dans le Giro, il a montré qu'il pouvait récupérer très vite.

"Bernhard Eisel a une grosse plaie sur l'arcade. Il est bien touché. Il n'y a pas eu grand chose à faire. Le peloton était sur une route large et dégagée avec le vent venant de la droite. Les gars se sont retrouvés dans le goulet. Une roue s'est bloquée et là (...) c'est l'effet domino."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant