Tour de France : les dessous d'un grand raout

le
0
Tour de France : les dessous d'un grand raout
Tour de France : les dessous d'un grand raout

« Une grand-messe du Tour », c'est ainsi que Christian Prudhomme qualifie la présentation du Tour de France. Il se dit même que l'événement occupe, par son rayonnement, la 2 e place -- derrière l'épreuve elle-même -- au rang des manifestations sportives gérées par Amaury Sport Organisation (ASO). Autant de raisons de s'y intéresser de plus près, en attendant la carte du Tour 2017 dévoilée ce midi.

 

LE FILM DEVENU UN MUST

 

Longtemps, la présentation n'a réuni que 150 à 200 personnes devant une carte du Tour. La version « moderne » est apparue en 1987, en vue de l'édition 1988. La première s'est tenue au palais des arts et des congrès d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Cette même année est né aussi le concept du film compilant les temps forts de l'édition précédente -- devenu un must -- à l'initiative de Jean-François Naquet-Radiguet, le patron du Tour de l'époque. Au milieu des années 1990, la manifestation a déménagé au palais des Congrès de la porte Maillot. Pour ses débuts sur Europe 1 en 1994, Prudhomme, aujourd'hui directeur de l'épreuve, se souvient y avoir couvert la présentation du Tour 1995.

 

LE PLAN DE SALLE

 

Plein à craquer chaque année, le palais des Congrès offre 3 800 places (3 723). Dans la moitié basse de la salle, les champions et leurs encadrants occupent les quatre-cinq premiers rangs de la partie centrale. La plupart du temps, le vainqueur sortant et quelques protagonistes majeurs sont présents, sans obligation toutefois, ainsi que beaucoup de Français. Au-dessus des coureurs prennent place les élus et les partenaires. Quand la carte est dévoilée, peu après midi, au moyen d'un fil rouge sillonnant la carte de France en 3D, les élus des communes concernées, souvent au nombre de trois ou quatre, ne peuvent s'empêcher d'applaudir et de manifester leur joie à l'annonce de leur ville. Cette fois, c'est sûr, le Tour de France viendra bien chez eux ! C'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant