Tour de France: les ambitions de Garmin ont volé en éclats

le
0
Tour de France: les ambitions de Garmin ont volé en éclats
Tour de France: les ambitions de Garmin ont volé en éclats

par Gregory Blachier

METZ, Moselle (Reuters) - L'équipe Garmin a vécu un cauchemar vendredi dans le Tour de France où Ryder Hesjedal a perdu tout espoir de viser la victoire à Paris après avoir été victime d'une chute collective d'une rare violence.

Le vainqueur du Tour d'Italie n'a pas été seul dans son malheur et c'est ce qui ajoute à la déconfiture de l'équipe américaine. La moitié de Garmin s'est retrouvée à terre dans ce que David Millar, 35 ans, a décrit comme la plus violente chute de sa carrière.

"C'est la pire que j'ai vécue", a dit le Britannique.

"Cela n'aurait simplement pas dû arriver. On se jetait les uns sur les autres à 60, 70 km/h", a-t-il raconté, le bras gauche couvert de longue traînées de sang séché.

"Je pense que j'ai eu de la chance, j'étais dans la troisième vague donc j'ai atterri sur les gars puis des vélos m'ont touché et des chaînes se sont détachées et ont volé partout", a-t-il raconté.

Les cuissards déchirés et les maillots éventrés, des plaies couvrant leurs jambes et leurs bras, six coureurs de Garmin ont fini avec plus de 13 minutes de retard sur le vainqueur, accompagnant Hesjedal jusqu'à la ligne.

Deux de leurs équipiers ont été plus malheureux encore: Tom Danielson a abandonné et été transporté à l'hôpital, et Johan Van Summeren a fini, en larmes, à plus de 16 minutes.

"On a perdu la plupart de nos chances de faire quoi que ce soit dans ce Tour de France. A cet instant, je ne vois pas bien ce que pourrait être un Tour réussi", a reconnu le directeur sportif Allan Peiper.

"Je viens d'entendre le médecin dire que Tom Danielson était bien amoché et qu'il avait déjà une épaule démise, donc il est parti à l'hôpital."

"C'est clairement une semaine à oublier. Parfois, rien ne marche. On a tellement de gars blessés. Hesjedal semble avoir un hématome en haut de la jambe. On va voir ce que le docteur en dit."

Le Norvégien était très confiant avant d'aborder ce Tour où il s'imaginait, comme dans le Giro, jouer les trouble-fête. Mais la chute survenue à 25 km de l'arrivée a au mieux ruiné ses chances, au pire mis un possible terme à sa Grande Boucle.

Neuvième au classement général à 18 secondes avant cette étape, le coureur de 31 ans est désormais 108e.

"Je pense que c'est fini pour lui", a dit Millar.

La seule éclaircie est venue de David Zabriskie, 72e de l'étape après avoir lancé l'échappée précoce du jour et résisté jusqu'à une poignée de kilomètres de l'arrivée -sans se faire mal, lui.

Bien peu pour une équipe qui avait déjà dû passer sa journée de jeudi à démentir les informations de la presse sur la collaboration de certains de ses membres, dont son manager, avec l'Agence américaine antidopage dans l'affaire Lance Armstrong.

Avec Mark Meadows

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant