Tour de France : le vin officiel est chilien, les vignerons de l'Aude fâchés

le
2

Les vignerons audois s'indignent contre la désignation d'un vin chilien comme vin officiel du Tour de France. Pour manifester leur colère, ils devraient entreprendre des actions lors de certaines étapes.

Les vignerons de l'Aude sont en colère et veulent le faire savoir. À l'origine de leur mécontentement, la désignation en 2015 de la cuvée Bicicleta du groupe chilien Cono Sur comme vin officiel du Tour de France jusqu'en 2017. Et si la mobilisation des vignerons ne se manifeste qu'un an après l'annonce, c'est parce qu'ils l'ont su bien trop tard. «On en a pris connaissance il y a seulement deux semaines dans un journal. Personne ne nous a contacté», indique au Figaro Frédéric Rouanet, président du syndicat départemental des vignerons de l'Aude.

Le choix de ASO (Amaury Sport Organisation), qui dirige la «Grande Boucle», demeure donc incompréhensible aux yeux du syndicat audois qui ne compte pas ouvrir le dialogue avec l'organisateur pour trouver un arrangement: «ils ne sont pas venus vers nous, nous n'irons pas les voir. On est en colère, on se sent presque humiliés», confie Frédéric Rouanet.

Seules les étapes étrangères (Espagne, Andorre, Suisse) verront la cuvée Bicicleta faire l'objet de publicité. Et pour cause, loi Evin oblige, toute publicité incitant à l'achat d'alcool est interdite en France. «Le Tour de France est une vitrine du patrimoine culturel, économique et social. Je trouve ça incroyable qu'il soit représenté par un vin étranger lors des étapes hors de nos frontières», regrette Frédéric Rouanet.

Bloquer les étapes médiatiques

Le syndicat départemental des vignerons de l'Aude, qui revendique 4000 membres, ne compte pas rester les bras croisés. «On va bloquer des étapes très médiatisées», indique Frédéric Rouanet, sans pour autant révéler celles qui seront concernées. Récemment, les Jeunes Agriculteurs du département se sont également joints aux vignerons pour défendre le savoir-faire français. Ils espèrent d'ailleurs que d'autres délégations se mobiliseront à leur tour.

Selon le site du journal régional L' Indépendant ,l'affaire prendrait même une tournure politique. Le sénateur Roland Courteau aurait envoyé une lettre au directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, pour témoigner de son incompréhension sur le choix d'un vin chilien «qui a pu s'effectuer alors que les vins français, par leur qualité et leur immense diversité contribuent largement au rayonnement de la France dans le monde».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jcrte il y a 9 mois

    Les vignerons Français n'ont pas versés assez de pots de vins et les organisateurs, comme au foot, doivent s'en mettre plein le pif. Il faut voir que l'EPO devient de plus en plus cher. Vive le cyclisme. Sans rire, c'est une honte.

  • lsleleu il y a 9 mois

    Achetez Français .... qu'on nous dit ....mais à tous les niveaux de responsabilité la devise c'est : FAITES CE QUE JE DIT PAS CE QUE JE FAIS !