Tour de France: le navire Sky a tangué dangereusement

le
0
LE NAVIRE SKY A TANGUÉ DANS LA 13E ÉTAPE DU TOUR
LE NAVIRE SKY A TANGUÉ DANS LA 13E ÉTAPE DU TOUR

par Gilles Le Roc'h

SAINT-AMAND-MONTROND, Cher (Reuters) - Le Team Sky a vécu une journée très éprouvante vendredi où elle a été malmenée dans le final de la treizième étape et où elle s'est montrée incapable de soutenir son leader Christopher Froome face à l'offensive d'Alberto Contador.

En montant sur le podium pour recevoir son sixième maillot jaune depuis le début du Tour, Froome avait le masque.

Et pour cause: à l'issue de cette journée, Contador est revenu dans le jeu et son équipe a démontré de gros signes de faiblesse avant d'entrer dans les Alpes, en troisième semaine.

Quand l'Espagnol a attaqué, Richie Porte était déjà passé par la fenêtre et Froome a dû rugir dans l'oreillette pour voir rappliquer ses quatre derniers équipiers en ordre dispersé.

Malgré l'aide apportée par les formations Katusha et Ag2R-La Mondiale, Ian Stannard, Kanstantin Siutsou, Geraint Thomas et Peter Kennaugh ont été rapidement inutiles.

Après l'arrivée, le directeur sportif Nicolas Portal s'est engouffré dans son bus pour discuter avec ses hommes en promettant de revenir parler avec les journalistes. Il n'en est jamais descendu.

"C'était une journée très particulière avec des coureurs comme Alberto Contador, Bauke Mollema et Laurens ten Dam qui ont gagné du temps. Moi j'en ai perdu. Ce soir, je peux m'estimer heureux de garder le maillot jaune!", a déclaré de son côté le leader du Tour de France.

"J'ESPÈRE QUE ÇA NE M'ARRIVERA PAS"

Son équipe est faible, plus en tout cas que celle qui avait soutenu Bradley Wiggins l'an dernier mais le vainqueur du Tour de France 2012 n'avait jamais eu à affronter une pareille situation.

"Ce sont les circonstances qui ont fait que j'ai pris le maillot jaune très tôt", souligne Froome. "Le maillot jaune est venu naturellement mais la tactique n'est pas différente de 2012. La différence est que cette fois, tout le monde veut profiter des opportunités", a-t-il poursuivi.

"Saxo a saisi la sienne pour prendre du temps mais ça peut changer. Aujourd'hui, le coup dur pour moi a été l'absence d'Edvald Boasson Hagen qui aurait été très fort dans cette étape venteuse."

Si Froome peut en effet être inquiet, il est quand même mieux loti que l'Espagnol Alejandro Valverde, deuxième du classement général au départ de Tours et qui a perdu 10 minutes et toutes ses illusions.

"Valverde a manqué de chance d'avoir eu cet ennui mécanique et Belkin a immédiatement roulé. J'espère que ça ne m'arrivera pas et que si ça arrive, toute une équipe ne roulera pas contre moi."

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant