Tour de France: la domination de Froome suscite des questions

le
0
LA SUPRÉMATIE DE CHRISTOPHER FROOME, UN MOTIF D'INTERROGATION
LA SUPRÉMATIE DE CHRISTOPHER FROOME, UN MOTIF D'INTERROGATION

par Gilles Le Roc'h

MONT VENTOUX, Vaucluse (Reuters) - Après tant d'années difficiles, de victoires remises en cause et de maillots jaunes bafoués, la domination de Christopher Froome sur le Tour de France et pendant l'ascension du Mont Ventoux dimanche ne devrait pas manquer de provoquer des questions voire un malaise.

Dans le miroir grossissant du Tour de France, il est des images de l'ascension finale du Britannique qui occultent tout.

Dans la longue histoire du cyclisme, le "Géant de Provence" a certes toujours magnifié les champions, les Eddy Merckx, Bernard Thévenet ou autre Louison Bobet mais leurs chevauchées victorieuses se sont toujours accompagnées de souffrance.

Eddy Merckx, en 1970, avait été le seul maillot jaune à l'emporter au sommet du Ventoux mais l'image reste de ses efforts, de la cadence qu'il donnait à ses jambes à grands mouvements d'épaules, de son regard fixant la route avant de saluer d'un doigt la stèle de Tom Simpson.

De Froome, qui vient lui aussi de s'imposer en jaune, il restera une attaque au sprint d'une violence inouïe comme si le Ventoux n'était qu'un faux-plat et ses accélérations irrésistibles qui ont eu raison du Colombien Nairo Quintana.

"Je voulais prendre le maximum de temps à mes adversaires, et je pensais que Quintana allait gagner l'étape mais il a faibli, à deux kilomètres de l'arrivée. C'est un jour incroyable, un rêve?", a dit le Britannique.

Incroyable est le mot qui revenait le plus après la course dans la salle de presse et, après une telle démonstration, il y a de grandes chances que Froome passe au crible des journalistes dès lundi dans sa conférence de presse de la journée de repos.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant