Tour de France: l'heure de la montée en gamme

le
0
Tour de France: l'heure de la montée en gamme
Tour de France: l'heure de la montée en gamme

TOMBLAINE, Meurthe-et-Moselle (Reuters) - La plaine à peine quittée, et dans le fracas d'une sixième étape dévastatrice, le Tour de France s'attaque à l'une de ses plus grosses difficultés, l'ascension jusqu'à La Planche des Belles Filles, samedi.

Au départ de Tomblaine (Meurthe-et-Moselle), le peloton saura qu'il a 199 km à parcourir dans cette septième étape, dont les derniers seront les plus longs et les plus durs.

Après cinq heures de course, ils entreprendront l'ascension d'une rampe où jamais le Tour ne s'était risqué.

La montée sur La Planche des Belles Filles, ce sont 5,9 km à 8,5% de moyenne, dont un dernier passage à 14%. Certes pas ce que la Grande Boucle fait de plus raide, mais déjà un galop d'essai qui peut donner le vertige.

Avec cette étape, qui aura auparavant infligé aux survivants des chutes de vendredi deux cols de catégorie 3 en guise de mise en bouche -le Col de Grosse Pierre et le Col du Mont de Fourche-, le maillot jaune changera sans doute d'épaules.

Fabian Cancellara, qui le porte depuis sa victoire dans le prologue, samedi dernier à Liège, s'est fait une raison.

"La Planche des Belles Filles, pour ce que j'en ai vu et entendu, c'est trop difficile", a dit le Suisse jeudi.

"Les coureurs qui jouent le général devraient vraiment faire des dégâts (...) Du moment que j'arrive là bas avec le maillot jaune je serais content."

L'arrivée en montagne n'est pas pour ravir le Suisse, bien plus à l'aise lorsqu'il faut employer les gros braquets pour gagner en puissance.

Mais elle va enfin faire le tri dans les prétendants, dont les deux favoris -Bradley Wiggins et Cadel Evans- qui ont échappé aux diverses chutes, avec un peu de chance pour le Britannique et de la maîtrise pour l'Australien.

Ce dernier, vainqueur l'année dernière sans jamais survoler les étapes mais en avalant les ascensions en métronome, pourrait profiter de l'approche des sommets.

"La Planche des Belles Filles est un premier test. Ce n'est sans doute pas l'étape dans laquelle se gagnera le Tour mais vous pouvez perdre le Tour à chaque étape", a dit son patron chez BMC, John Lelangue.

"Ce sera une belle occasion de voir où en sont les prétendants. C'est une bonne ascension pour Cadel. On l'a bien reconnue au printemps et on sait exactement à quoi s'attendre."

Pour Dave Brailsford, le manager du Team Sky de Wiggins, l'étape de samedi n'est pas à proprement parler une étape de montagne et seul le final sera compliqué.

Il n'en pense pas moins que les échappées pourraient enfin aller au bout, dès cette septième étape.

"Je ne crois pas que les échappés aient mis beaucoup de conviction jusqu'à présent. Samedi, ce sera un peu différent (...) Je suis sûr qu'on va voir des attaques."

Gregory Blachier, avec Mark Meadows

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant