Tour de France : Froome, le "kenyan blanc" et la fièvre jaune

le
0
La joie de Christopher Froome (Sky), à l'arrivée à La Perre-Saint-Martin, le jour où il fait basculer le Tour en sa faveur. Il s'agit de sa deuxième victoire en trois ans sur la Grande Boucle  
La joie de Christopher Froome (Sky), à l'arrivée à La Perre-Saint-Martin, le jour où il fait basculer le Tour en sa faveur. Il s'agit de sa deuxième victoire en trois ans sur la Grande Boucle  

Il ne lui a fallu qu'une étape pour asseoir sa domination. C'était le 15 juillet dernier : Christopher Froome porte une attaque à 6,5 km de l'arrivée à La Pierre-Saint-Martin (10e étape). L'offensive est fulgurante, brutale : sans jamais se mettre en danseuse, les cannes s'activant frénétiquement, le leader de la Sky relègue Nairo Quintana, le dauphin désigné, à plus de trois minutes au général. Le Tour de France vient de basculer au cours de la première étape de montagne, comme il y a deux ans, quand Christopher Froome avait dynamité les espoirs de ces rivaux à Ax 3 Domaines avant de s'imposer à Paris.

Au lendemain de l'étape de La Pierre-Saint-Martin, le Tour de France se réveille sonné et groggy. Le programme qui suit, si riche soit-il ? les Alpes, le Glandon, la Croix-de-Fer, l'Alpe d'Huez et les attaques de Quintana ? n'y changera rien : Christopher Froome a déjà remporté sa deuxième Grande Boucle en trois ans. Alors, comme lors de sa première victoire, les suspicions, les rumeurs et les petites phrases lui collent à la peau comme le maillot jaune.

REGARDEZ le résumé de cette 10e étape :

Une domination qui ravive les plaies du passé

Il y a d'abord cette vidéo publiée au lendemain de son exploit ? dont l'authenticité n'a jamais été prouvée ? qui détaille ses performances lors de la montée du mont Ventoux, en 2013. Puis il y a ces rumeurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant