Tour de France: Froome "heureux que cette journée soit passée"

le
0
JOURNÉE DIFFICILE POUR LE MAILLOT JAUNE
JOURNÉE DIFFICILE POUR LE MAILLOT JAUNE

par Gilles Le Roc'h

BAGNERES-DE-BIGORRE, Hautes-Pyrénées - (Reuters) - Une scène témoigne parfaitement de l'âpreté du combat qui s'est déroulé dimanche, au cours de la grande étape des Pyrénées sur le Tour de France.

Sitôt la ligne d'arrivée franchie, le règlement des courses cyclistes stipule que le porteur du maillot jaune, s'il conserve son bien, se rende immédiatement au podium protocolaire avant d'aller au contrôle antidopage. Cette fois, Christopher Froome a fait l'inverse.

"Il y a eu une telle bagarre depuis le départ de l'étape que je n'ai jamais pu m'arrêter pour satisfaire un besoin naturel", s'est-il justifié. "Je suis donc passé par le contrôle antidopage en premier."

Bien entendu, le leader du Tour de France était contrarié à l'arrivée d'une étape qu'il a passée avec le seul soutien de son directeur sportif Nicolas Portal, et en sachant ses équipiers à la dérive loin derrière.

Pour lui, le principal était cependant d'avoir conservé le maillot jaune qui, au sommet du col de Menté, la deuxième difficulté de la journée, ne tenait plus qu'à un fil.

"J'ai vécu aujourd'hui ma plus dure journée sur un vélo en compétition", a-t-il reconnu. "Je me suis retrouvé dans une position très délicate, très tôt tout seul. Je suis d'autant plus heureux d'avoir passé cette journée, d'être toujours en jaune et sans avoir perdu de temps par rapport à mes rivaux."

"Je n'ai pas paniqué. Nicolas Portal, dans la voiture, me disait de ne pas m'inquiéter. La seule chose importante, en fait, était de rester dans ce groupe."

Chris Froome a sans doute été surpris de ne pas voir ses habituels soutiens à ses côtés, principalement Richie Porte, qui a signé une étape très courageuse, mais a fini par sombrer et perdre sa deuxième place au classement général.

"Ce qui est arrivé est normal", a constaté Chris Froome. "Mes équipiers ont payé leur travail de la veille. J'ai perdu (Peter) Kennaugh sur chute, puis Richie Porte a été en difficulté mais c'est la conséquence logique de ce qu'il a fait hier pour moi."

"D'un point de vue tactique, le fait qu'il ne soit plus deuxième du classement général est un désavantage. Nous avions deux cartes à jouer, il n'y en a plus qu'une. Sa deuxième place nous mettait en position de force. Maintenant on va faire avec ce qu'on a, mais je pense que Richie va récupérer et me permettre de garder le maillot jaune."

"J'ai appris que notre rouleur Vasil Kiryienka a fini hors-délais et c'est évidemment un autre coup dur mais désormais on va essayer de tirer profit de chaque évènement de la course. Ceux qui ne sont plus là, on ne peut rien y changer. On va se concentrer sur ceux qui sont à mes côtés."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Julien Dury

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant