Tour de France: Froome dévore le Ventoux et ses rivaux

le
0
CHRISTOPHER FROOME VAINC LE VENTOUX EN SOLO
CHRISTOPHER FROOME VAINC LE VENTOUX EN SOLO

par Gilles Le Roc'h

MONT VENTOUX, Vaucluse (Reuters) - Un maillot jaune, Christopher Froome (Team Sky), s'est imposé en solitaire au sommet du mythique Mont Ventoux dimanche au terme d'une démonstration écoeurante pour tous ses adversaires comme seul l'avait fait Eddy Merckx en 1970.

Cette étape, la plus longue de la 100e Grande Boucle, a été courue à grande vitesse.

Froome a bouclé les 242,5 km à la vitesse moyenne de 41,7 km/h. Neuf échappés du matin, dont les Français Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step), Christophe Riblon (Ag2R-La Mondiale), Pierrick Fedrigo et Jérémy Roy (FDJ.fr) ont avalé près de 150 kilomètres en trois heures sous une forte chaleur.

L'équipe Movistar qui visait la victoire d'étape pour son grimpeur colombien Nairo Quintana -finalement deuxième- ne leur a pas laissé une marge de man?uvre suffisante.

Chavanel s'est retrouvé seul en tête à 20 kilomètres de l'arrivée et il n'a plus fait de doute que le vainqueur était encore dans le peloton.

L'intérêt s'est concentré sur la course des favoris, la défense du maillot jaune par le Team Sky balloté par le vent il y a deux jours.

La réponse a été claire. Elle est sans doute définitive mais va alimenter toutes sortes de commentaires.

Sous l'emprise du coéquipier de Froome, Peter Kennaugh, le peloton a fondu par éliminations. Deux anciens vainqueurs du Tour, Andy Schleck et Cadel Evans ont été rapidement distancés.

OXYGÈNE

Derrière Quitana détaché, un autre coureur de Sky, Richie Porte, a pris le relais. En un kilomètre, l'Australien a fait le ménage. Seul Froome et Contador sont restés dans son sillage. Froome lui a alors glissé un petit mot à l'oreille pour le prévenir de son attaque, parfaitement maître de son effort.

Quelques secondes ont suffi pour que Froome fasse exploser Contador. Il est revenu sur Quintana qu'il a eu à l'usure pour s'enfuir, seul, à 1,3 kilomètre de la ligne d'arrivée et s'imposer en solitaire.

Son effort a été intense et il a fallu de l'oxygène pour l'aider à récupérer avant qu'il ne monte trois fois sur le podium en tant que vainqueur de l'étape, de leader du Tour et de meilleur grimpeur.

"J'ai eu besoin d'oxygène. J'avais besoin de récupérer après une course comme ça. C'était mon objectif de reprendre du temps, je ne pensais pas gagner l'étape", a-t-il dit.

"Je me suis dit d'abord que Quintana allait gagner mais dans les deux derniers kilomètres il a perdu ses jambes. Moi, j'ai fait ma course, à bloc. Aujourd'hui, c'est un rêve et ce fut incroyable. C'est la plus grande victoire de ma vie, historique."

Sur la ligne d'arrivée, Quintana, nouveau meilleur jeune, a concédé 29". Mikel Nieve (Euskaltel) a fini en compagnie de Joaquim Rodriguez (Katusha) à 1'23" tandis que Contador, touché physiquement et moralement, a terminé sixième, dans la roue de son équipier Kreuziger, à 1'40". Le Néerlandais Bauke Mollema a perdu 1'43" mais conserve sa deuxième place du classement général avec 4'14 de retard sur Froome et onze secondes d'avance sur Contador.

Pour les autres, la très grande majorité, la course s'est résumée à un sauve-qui-peut ou à un chacun-pour-sa-peau.

Les visages après l'arrivée témoignaient de l'énergie qu'il a fallu aux coureurs pour conclure une étape très rapide et la journée de repos de lundi ne pouvait mieux tomber avant d'affronter les Alpes.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant