Tour de France : dans la roue d'un coureur pro

le
0
David Moncoutié, ici en 2011 à la Vuelta, course dont il a au total remporté quatre étapes.
David Moncoutié, ici en 2011 à la Vuelta, course dont il a au total remporté quatre étapes.

Franchir la ligne d'arrivée à vélo sous les applaudissements nourris du public du Tour de France. Quel coureur, amateur comme confirmé, n'en a pas déjà rêvé ? Pour la deuxième année consécutive, Vittel l'a fait. Partenaire officiel de la Grande Boucle depuis 2008, la marque d'eau minérale offre la possibilité à dix membres de clubs cyclistes locaux de parcourir les quinze derniers kilomètres de treize étapes sur les vingt et une que compte la course. Avec, pour guide, celui que le groupe Nestlé a élu ambassadeur cet été : le discret David Moncoutié.

Ancien pro de l'équipe Cofidis, ce néo-retraité revient sur l'événement sportif qu'il avait quitté malgré lui il y a trois ans. Alors qu'il court sa onzième et dernière Grande Boucle en 2012, le grimpeur chute dans la descente du col du Grand Cucheron lors de l'étape au départ de Saint-Jean-de-Maurienne en Savoie direction l'Ardèche. Un incident qui le contraint, séance tenante, au premier abandon de sa carrière.

Maillot à pois

Une carrière en partie contrariée par un esprit solitaire. Si bien qu'il ira jusqu'à refuser l'augmentation de salaire proposée par Cofidis au prétexte qu'il n'est pas en mesure de l'honorer. En témoigne cette confidence, loin de l'esprit de compétition qui anime le peloton : « D'une certaine façon, je me sens comme un cycliste du week-end qui monte sur son vélo simplement pour le plaisir. » Le Français tire tout...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant