Tour de France: Contador avoue qu'il doit "prendre des risques"

le
0
CONTADOR AVOUE DEVOIR PRENDRE DES RISQUES
CONTADOR AVOUE DEVOIR PRENDRE DES RISQUES

par Gilles Le Roc'h

LA BAULE, Loire-Atlantique (Reuters) - Alberto Contador est encore marqué par sa défaillance samedi sur les pentes d'Ax-Trois Domaines et n'a pas témoigné de sa confiance habituelle lundi, quelques heures avant d'entamer la deuxième semaine du Tour de France.

Double vainqueur de l'épreuve, le coureur espagnol est pour l'instant sixième du classement général, à 1'51 du maillot jaune porté par le Britannique Christopher Froome.

Invité à s'exprimer dans le cadre de la première journée de repos du Tour, il a avoué toutefois avoir trouvé du réconfort dans l'isolement dont a été victime son rival, dimanche, dans la grande étape pyrénéenne.

Mais au fil des mots, devant la presse, son désenchantement a repris le dessus. Car la faiblesse dont a fait preuve le Team Sky reste une occasion dont il n'a pas su tirer profit.

"C'est toujours bon de voir que l'adversaire présente des signes de faiblesse", a expliqué Alberto Contador. "Mais je sais que ce n'est pas habituel, que ça peut ne pas se représenter. Beaucoup d'entre nous ont été surpris de cette défaillance et s'il y a une autre occasion, on devra en profiter !", jure-t-il.

Contador, son compatriote Alejandro Valverde et les autres prétendants à la victoire finale regretteront en effet peut-être de n'avoir pas saisi une occasion qui pourrait se révéler unique, et de ne pas avoir écarté Froome.

Car à la veille de la reprise, mardi, sur les routes bretonnes, la situation reste favorable au Britannique.

"Ma position n'est pas la meilleure. Ce serait mieux d'être dans le même temps que Froome mais j'ai connu une très mauvaise journée samedi", a reconnu Alberto Contador.

"IL VA EN PROFITER"

"Je dois remercier Kreuziger de ce qu'il a fait, sans lui j'aurais fini plus loin encore. Je sais bien qu'en fin de semaine, il y a le Ventoux mais auparavant il y a le contre-la-montre du Mont-Saint-Michel (mercredi, NDLR) qui sera favorable à Froome. Je pense qu'il va en profiter pour accroître son avance."

Dans un contexte qui le plonge dans le doute, Alberto Contador essaie de s'accrocher à quelques souvenirs du Tour d'Espagne 2012 pour garder espoir.

"La probabilité de le voir s'effondrer est juste une hypothèse mais il a montré dans la dernière Vuelta qu'il peut décliner physiquement", a-t-il souligné.

Après avoir fait jeu égal avec ses rivaux espagnols jusqu'au sommet de la Gallina, terme de la huitième étape, Froome, qui avait le Tour de France, dans les jambes avait cédé.

Les journalistes espagnols, témoins de sa chevauchée vers Fuente De qui lui avait permis de s'adjuger définitivement le maillot rouge de la dernière Vuelta, lui ont rappelé ce souvenir en mettant en avant sa capacité à inverser le cours des événements.

Mais aujourd'hui, Alberto Contador estime que le contexte est différent. "Je pense que Froome est très fort et moi, je ne le suis pas", a-t-il estimé.

"Dans ma carrière j'ai toujours trouvé la condition physique en troisième semaine. Je sais que pour gagner le Tour il va falloir que je prenne des risques et je pense que je vais le faire. Tout le monde a mal aux jambes mais si tu ne penses pas que tu peux réussir, tu n'as aucune chance de le faire", a-t-il conclu.

Edité par Olivier Guillemain et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant