Tour de France: Christopher Froome, préparé à tout

le
0
CHRISTOPHER FROOME SE PRÉPARE MENTALEMENT AU TOUR DE FRANCE
CHRISTOPHER FROOME SE PRÉPARE MENTALEMENT AU TOUR DE FRANCE

par Julien Pretot

PARIS (Reuters) - Gagner le Tour de France nécessite autant de maîtrise de l'environnement que de talent sur le vélo et Christopher Froome, qui s'avance en favori et vise un premier succès cette année, l'a bien compris.

Dauphin l'année dernière de son équipier Bradley Wiggins, premier Britannique à remporter la Grande Boucle, Froome a hérité cette saison du statut de leader du Team Sky, avant même que son compatriote ne déclare forfait.

L'absence de Wiggins ôte des épaules de Froome le poids des questions qui n'auraient pas manqué de se poser et de lui être posées sur sa capacité à s'imposer comme patron.

"Si on parle de ce qu'il aurait pu apporter dans le contre-la-montre par équipes et comme équipier dans la montagne, il m'aurait vraiment aidé, mais si on se demandait qui allait être le leader dans l'équipe, la question ne se posait pas pour nous", a-t-il dit lors d'une conférence de presse d'avant-Tour.

"Mais la presse se serait empressée d'évoquer le sujet donc ce sera bien de ne pas avoir à répondre à cette question sur le Tour cette année."

Depuis le début de l'année, Christopher Froome fait donc son apprentissage de leader. S'il a remporté quatre des cinq courses par étapes qu'il a disputées, il va découvrir, sur un parcours exigeant et un Tour long de trois semaines, un rôle nouveau.

"Sur le Tour de France, tout est d'un autre niveau, l'intérêt autour de la course, les spectateurs, les concurrents, chacun est à son meilleur", a-t-il souligné.

GÉRER LA PRESSION

L'attention médiatique est un de ces paramètres. Le moindre fait ou geste, sur la route comme en dehors, est décortiqué, commenté. L'an dernier, Wiggins avait perdu son calme à l'évocation de soupçons de dopage lancés sur les réseaux sociaux.

Interrogé sur la façon dont il entendait incarner son rôle de leader, Froome a répondu : "J'aime à me voir comme un gars plutôt ouvert aux autres".

"Si quiconque dans l'équipe a un problème, il peut venir me voir et me parler de ce qu'on pourrait faire de mieux, de choses qu'on peut essayer en course", a-t-il dit.

"Avec les médias, je suis ouvert à toutes les questions, je ne vais pas vous insulter si vous posez ces questions. Ce qui m'a demandé le plus d'adaptation cette année c'est plutôt cette idée d'être le patron, de composer avec la pression qu'elle génère."

Responsable de la performance au sein du Team Sky, Tim Kerrison confirme que Froome ne s'est pas seulement entraîné sur le vélo en vue du Tour.

"Nous avons voulu préparer Chris aux autres exigences du Tour, surtout quand on est un prétendant majeur et un potentiel porteur du maillot jaune", a expliqué l'Australien.

"Des choses comme les attroupements quotidiens de fans et des médias près du car, le podium, les contrôles antidopage, les conférences de presse, toutes ces choses qui concernent les quelques-uns qui sont soit des prétendants soit mènent la course, qui prennent beaucoup de temps."

"Ça veut dire qu'il faut savoir être plus efficace dans sa récupération et savoir quand dire non."

Gregory Blachier pour le service français, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant