Tour de France: Christopher Froome à 125 km de la délivrance

le
0
FROOME COMPTE LES KILOMETRES
FROOME COMPTE LES KILOMETRES

par Gilles Le Roc'h

LE GRAND BORNAND (Haute-Savoie) (Reuters) - Christopher Froome compte les kilomètres, il en a trouvé 125 qui le séparent du sommet du Semnoz, au-dessus d'Annecy, d'où il compte bien apercevoir la Tour Eiffel et les Champs-Elysées.

Le maillot jaune a reconnu vendredi que la 19e étape avait été dure avec ses cinq cols, ses 4.500 mètres de dénivelé mais pour lui comme pour ses équipiers, tout s'est passé sans le moindre accroc.

Le Britannique a conservé intact son avance sur Alberto Contador qui, samedi, en sera réduit à défendre sa deuxième place du classement général face à Naïro Quintana.

"Il reste 125 kilomètres très difficiles", a dit Froome au Grand-Bornand.

"J'ai toujours une avance de cinq minutes, ce sera quand même difficile pour mes adversaires de me reprendre tout ce temps mais ce sera une journée qui compte pour le Team Sky. On pourra se détendre pendant la dernière étape."

Contrairement aux jours passés, Chris Froome avait retrouvé son sourire et s'est montré plus accommodant encore.

Il s'est par exemple excusé de ne pas passer trop de temps avec les journalistes au soir de cette étape afin de privilégier sa récupération.

Il s'est aussi livré à quelques confidences sur sa perception de son nouveau statut d'homme tout près de gagner la plus grande course du monde.

"Le maillot jaune c'est spécial. Ce qui prédomine c'est le fait de devoir le garder jour après jour depuis la huitième étape. Cela représente dix jours avec la même routine, les mêmes obligations après chaque étape et d'autres encore qui accompagnent le maillot jaune", a-t-il dit.

"Ce sont de vraies contraintes que les coureurs ne connaissent pas tant qu'ils ne l'ont pas sur le dos. Le plus difficile est de se motiver chaque matin pour suivre et vivre la même chose tous les jours. De se lever avec une mentalité et un esprit frais, repartir de zéro en quelque sorte. Il y a aussi l'observation constante des médias. Je comprends toutes ces questions autour de ma performance et je les accepte. Ça va avec le statut, un autre à ma place aurait été mis également sous le microscope comme je l'ai été."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant