Tour de France: Cavendish profite du travail de Wiggins

le
0
VICTOIRE DE MARK CAVENDISH LORS DE LA 18E ÉTAPE DU TOUR
VICTOIRE DE MARK CAVENDISH LORS DE LA 18E ÉTAPE DU TOUR

par Gilles Le Roc'h

BRIVE-LA-GAILLARDE, Corrèze (Reuters) - L 'artiste est de retour. Mark Cavendish s'est imposé avec brio et avec l'aide précieuse du maillot jaune Bradley Wiggins, vendredi dans la 18e étape du Tour de France.

Le sprinteur de l'Ile de Man a devancé dans un effort dantesque l'Australien Matthew Goss et le Slovaque Peter Sagan.

Cette étape de fin de Tour, traditionnellement réservée aux baroudeurs, a témoigné de la difficulté de gagner et de la qualité des coureurs, qui ont déjà beaucoup donné pendant trois semaines mais trouvent encore les ressources pour aller chercher le gain de l'étape.

Il a fallu attendre longtemps pour voir la bonne échappée et il semblait acquis que le vainqueur se trouvait dans ce groupe de 16 coureurs, dont plusieurs précédés d'une réputation d'homme fort - le Kazakh Alexandre Vinokourov, le Français Jérémy Roy, l'Italien Luca Paolini, le Belge Jelle Vanendert, le Britannique David Millar ou le Portugais Rui Costa da Faria.

Mais des équipes piégées à l'arrière, notamment Saur-Sojasun et Ag2R-La Mondiale, ont imprimé un rythme rapide et l'écart n'a jamais atteint trois minutes.

A 50 kilomètres de l'arrivée, le sprint étant probable, plusieurs autres équipes sont venues leur prêter main forte et le final fut ainsi très spectaculaire.

Le groupe de tête s'est disloqué à 20 kilomètres de la ligne à l'initiative de Jérémy Roy et Adam Hansen, relayés par Vinokourov et Paolini avant que ne vienne de l'arrière un trio composé de Nicolas Roche, Luis-Leon Sanchez et Andreas Klöden.

LE CADEAU DE WIGGINS

Dans le final tortueux dessiné dans les rues de Brive, ils semblaient pouvoir conserver l'avantage mais l'action du maillot jaune Bradley Wiggins a été décisive.

Se plaçant en tête de peloton avec ses équipiers Edvald Boasson Hagen et Mark Cavendish dans son sillage, le probable vainqueur du Tour a annihilé à lui seul l'échappée.

"C'était un final dangereux et on s'est dit que c'était mieux d'être devant", a dit Wiggins.

"J'ai donc travaillé pour Mark, pour le faire gagner. C'était mon cadeau après le travail qu'il a fait pour moi."

A 500 mètres de la ligne d'arrivée, Luis-Leon Sanchez semblait encore avoir course gagnée mais, se servant de l'aspiration de ses adversaires, Cavendish est parvenu à remonter tout le monde et à l'emporter.

Puis, il s'est jeté très vite dans les bras du maillot jaune pour le remercier.

"S'il y avait une échappée, l'équipe avait décidé ce matin de laisser aller", a raconté le champion du monde.

"Je leur ai dit: 's'il vous plaît, je veux gagner, et Wiggo a répondu 'Ok, on t'aidera si le sprint arrive'. C'est une victoire importante pour moi parce qu'il s'agissait d'une étape difficile et elle me donne confiance en vue des Jeux olympiques."

Bradley Wiggins est quant à lui allé chercher son douzième maillot jaune sur le podium, où il a été salué par François Hollande. Le chef de l'Etat a dit apprécier l'effort collectif des Sky et a longuement félicité Thomas Voeckler, porteur du maillot à pois de meilleur grimpeur.

Le Britannique s'est immédiatement concentré sur la dernière grande échéance du Tour, le contre-la-montre de samedi entre Bonneval et Chartres, dont il sera le grand favori.

Son avance sur ses rivaux, deux minutes et cinq secondes sur Christopher Froome, deuxième, et 2'41" sur Vincenzo Nibali, troisième, semble le mettre, sauf incident, à l'abri d'une mauvaise surprise.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant