Tour de France: Cadel Evans en quête du doublé

le
0
Tour de France: Cadel Evans en quête du doublé
Tour de France: Cadel Evans en quête du doublé

par Gilles Le Roc'h

LIEGE (Reuters) - Cadel Evans s'y est repris à sept fois pour gagner le Tour de France et va découvrir, cette année, la difficulté d'en gagner un deuxième.

L'Australien avait échoué par deux fois sur la deuxième marche du podium, en 2007 et 2008, avant de triompher enfin, l'année dernière, dans la plus grande course cycliste au monde.

Sur la route du Tour 2011, il avait fait forte impression, solide et à son aise en toutes circonstances.

Il se présentera samedi au départ d'une épreuve taillée pour les rouleurs, dans laquelle les contre-la-montre seront plus déterminants que jamais, et dont le parcours lui sied.

Le seul bémol réside sans doute dans une préparation pas aussi idéale qu'elle l'avait été l'an passé.

"Tout le monde me demande: 'Est-ce que tu peux en gagner deux ?' Quand Lance Armstrong a gagné son premier (Tour) on lui posait la même question, puis quand il en a eu gagné cinq on lui a demandé 'Peux-tu en gagner six ?" Finalement il en gagné sept. C'est la nature même de notre sport", rappelait Cadel Evans à la presse lors du dernier Critérium du Dauphiné, fin mai.

"L'approche change un peu quand on l'a gagné. Je ne dirais pas que je suis moins ambitieux, mais que cette ambition est différente. Avant de gagner un premier Tour on se demande comment faire. Pour le deuxième, on se dit qu'il faut répéter ce qu'on a fait."

A 35 ans, il aurait sans doute adoré prendre le départ de la Grande Boucle avec le même bilan que la saison dernière.

Auréolé de victoires dans la Tirreno-Adriatico et sur le Tour de Romandie, il s'était idéalement lancé vers le plus beau succès de sa carrière, le premier d'un Australien dans le Tour de France.

"ON SAIT CE QU'ON A À FAIRE"

Cette année, il n'a pu inscrire à son palmarès que le Critérium International en mars, et a accroché une étape dans le Dauphiné dont il a pris la troisième place finale derrière le Britannique Bradley Wiggins et son compatriote Michael Rogers.

"Ç'aurait été bien de gagner Tirreno et le Tour de Romandie. Mais en tant que tenant du Tour, on est confiant et on sait ce qu'on a à faire", a-t-il souligné.

"Le faire de ne pas avoir eu de résultats nous met un peu de pression mais c'est aussi une motivation. Je pourrais avoir d'autres objectifs à atteindre dans le cyclisme mais le Tour est l'objectif numéro un. J'ai une bonne équipe autour de moi et je me sens capable de le faire."

"Je pense que je peux. La seule chose que je demande, c'est de ne pas jouer de malchance, et on s'occupe du reste."

Evans est évidemment l'un des favoris de cette 99e édition, parce qu'il en est le dernier vainqueur, mais aussi parce que d'habituels prétendants à la victoire sur les Champs-Elysées, comme Alberto Contador et Andy Schleck, sont absents.

La course est en outre promise aux spécialistes du contre-la-montre, dont Evans fait partie.

"La montagne ne fera ni gagner ni perdre le Tour, elle fera seulement le tri entre les prétendants. Mais le Tour se gagnera ou se perdra sans doute dans les contre-la-montre", a-t-il dit.

Dans cet exercice où Evans est à son aise, il y a toutefois plus fort que lui en la personne de Bradley Wiggins.

Victorieux de Paris-Nice, du Tour de Romandie, du Dauphiné, le Britannique est le favori de tous les observateurs, Evans y compris.

"Il est à n'en pas douter le grand favori du Tour. J'en fais mon numéro un du moment. C'est un prétendant important et avec les Jeux olympiques qui suivent le Tour, c'est une année importante pour lui", a dit Evans, qui mènera la délégation australienne à Londres.

Toujours discret sur sa tactique et avare de grandes déclarations avant les courses, Evans a néanmoins suggéré que son principal rival avait peut-être trop couru au printemps.

La course des Jeux ayant lieu une semaine à peine après la fin du Tour, il faudra être fort et avoir des réserves physiques pour viser le doublé.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant