Tour de France: Cadel Evans a encore manqué une occasion

le
0
NOUVELLE OCCASION MANQUÉE POUR CADEL EVANS
NOUVELLE OCCASION MANQUÉE POUR CADEL EVANS

par Gregory Blachier

BELLEGARDE-SUR-VALSERINE, Ain (Reuters) - Cadel Evans attend toujours son heure dans ce Tour de France où la dixième étape n'a pas dérogé à ce qui s'érige en règle depuis le départ de Liège, la difficulté de l'Australien à se défaire de Bradley Wiggins.

Dans cette étape entre Mâcon et Bellegarde-sur-Valserine où le peloton abordait une ascension des plus rudes, le Grand Colombier, le vainqueur du Tour 2011 a eu le sentiment de rater une occasion.

Evans aurait pu forcer sa nature et attaquer enfin, lui qui est si à l'aise quand il faut contrôler et beaucoup moins quand il est nécessaire de bousculer ses rivaux.

Il aurait fallu qu'il suive Vincenzo Nibali, parti dans la descente du Grand Colombier avant d'être finalement repris par le train des Sky, faute d'avoir été suffisamment soutenu par son équipier Peter Sagan, trop court.

S'il avait été aux côtés de l'Italien, qui n'a de cesse d'appeler de ses voeux une coalition contre les Sky, peut-être la face de la course en aurait-elle été changée.

"Quand Nibali est parti, il y a eu un peu de confusion, je crois qu'il y a eu une chute", a dit l'Australien à l'arrivée.

"Nibali s'est lancé, j'ai hésité et j'ai sans doute raté l'occasion de faire quelque chose", a-t-il ajouté.

"Mais vous savez, Sky a vraiment l'équipe pour faire ce genre de course et gérer ce genre de situations, donc ils laissent peu d'opportunités. Avec ce sommet loin de la ligne, c'était difficile aujourd'hui."

Bien qu'il soit en position délicate - il accuse presque deux minutes de retard sur Bradley Wiggins et, moins fort dans le contre-la-montre, est obligé de lui prendre un peu plus que ça d'ici le dernier chrono - Evans ne cède pas au pessimisme.

"Il faut vous créer vos propres occasions", a-t-il dit, comme pour laisser entendre, sans convaincre pour l'instant, qu'il saura s'y contraindre.

"Demain, cela paiera sans doute plus d'attaquer, mais il faudra voir comment les autres équipes réagissent."

édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant