Tour de France: BMC en pole position du contre-la-montre

le
0
4E ÉTAPE DU TOUR DE FRANCE
4E ÉTAPE DU TOUR DE FRANCE

CALVI, Haute-Corse (Reuters) - Il y a les adeptes et ceux qui le considèrent comme une corvée mais le contre-la-montre par équipes disputé à Nice mardi sur 25 km sera l'un des temps forts du centième Tour de France.

La distance est courte, le relief est absent, le parcours, sur des routes larges est dénué du moindre piège, dix virages seulement étant répertoriés.

Il ne devrait donc pas y avoir de gros écarts, mais la donne, par le biais des chutes des trois premiers jours, surtout celle survenue à Bastia, a changé.

Ainsi, le Team Sky se plaint de la blessure de son champion olympique de poursuite par équipes, Geraint Thomas, souffrant d'une légère fracture du pelvis. Entre Ajaccio et Calvi, il n'a jamais semblé trouver la position adéquate sur son vélo et il devrait souffrir plus encore sur sa machine de chrono.

Chez Omega Pharma-Quick Step, l'équipe championne du monde de la spécialité en 2012, la situation est pire. Comme le dit Sylvain Chavanel, "une grande partie des coureurs sont blessés", notamment Gert Steegmans et Tony Martin dont la présence dans le peloton est miraculeuse tant sa chute fut violente samedi mais qui a fini la troisième étape dans le premier groupe.

Il y a donc les équipes qui doivent jouer un rôle mais sont affaiblies et celles qui sont passées au travers des gouttes et peuvent, du coup, espérer une jolie surprise.

La formation BMC de Cadel Evans et Tejay Van Garderen a fait de cette étape un objectif prioritaire et ne devrait pas être loin de la gagner. Garmin-Sharp, victorieuse du dernier contre-la-montre du Tour en 2011 aux Essarts, pourra également compter sur ses forces vives.

L'équipe RadioShack-Leopard du maillot jaune Jan Bakelants aura l'avantage de s'élancer la dernière et de disposer de tous les temps de passage pour réguler son effort.

Enfin, la Saxo Bank-Tinkoff d'Alberto Contador devrait confirmer l'excellence de son recrutement hivernal et permettre à l'Espagnol de poursuivre sa route vers les Pyrénées dans le confort.

Pour toutes les autres, il s'agira de faire en sorte que les écarts se comptent en secondes et non en minutes.

Gilles Le Roc'h, édité par Chrystel Boulet-Euchin et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant