Tour de France: avec Daryl Impey, l'Afrique gagne dans le Sud

le
0
LE SUD-AFRICAIN DARYL IMPEY MAILLOT JAUNE DU TOUR
LE SUD-AFRICAIN DARYL IMPEY MAILLOT JAUNE DU TOUR

par Julien Pretot

MONTPELLIER (Reuters) - Le maillot jaune pris jeudi par Daryl Impey après la sixième étape du Tour de France est le couronnement d'une magnifique année pour le cyclisme sud-africain, dont le porte-drapeau, l'équipe MTN-Qhubeka, a gagné il y a trois mois Milan-San Remo.

L'événement, puisqu'Impey est le premier leader sud-africain de la Grande Boucle, s'est doublé d'un clin d'oeil : il l'a pris là où son compatriote Robert Hunter avait été le premier à gagner une étape.

Si le cyclisme sud-africain s'éveille au monde en 2013, sa tradition est très ancienne. Chaque année se déroule autour du Cap de Bonne Espérance la Cape Argus Cycle Tour, disputée par 39.000 personnes, et qui n'est donc plus aujourd'hui l'unique référence nationale.

"Au cours des dernières années, le cyclisme ne faisait pas partie des sports majeurs dans mon pays, il ne recevait aucune aide mais depuis quelques années, ça change et ça donne au cyclisme une chance de grandir et de montrer notre niveau réel", a souligné Impey après avoir enfilé sa tunique.

Ce coureur de 28 ans a beaucoup grandi ces dernières années, depuis son premier pari en 2006, quand il rejoignit le club de La Pomme-Marseille dans un environnement nouveau pour lui.

"C'était une période difficile, j'étais jeune, je ne parlais pas du tout le français. Toutefois, j'ai beaucoup appris sur moi-même", a-t-il dit. "Après une saison, je suis rentré chez moi et alors j'ai été engagé par Barloworld. Ma carrière s'est lancée."

INSPIRÉ PAR FROOME

Il signa une victoire en 2009 au Tour de Turquie mais avec, pour finir, un accident d'une violence inouie dans le dernier kilomètre de la dernière étape, balancé contre les barrières par Theo Bos et grièvement blessé.

Il intégra ensuite l'équipe RadioShack dont il ne semble pas garder un grand souvenir. Enfin Orica-Greenedge, une équipe faite pour lui.

"L'équipe Orica-Greenedge me donne une chance de pouvoir courir les courses de haut niveau. Depuis le début de ma carrière, je progresse régulièrement mais pour moi, cette équipe est décisive", a-t-il souligné.

"Le travail que j'y fais est plus important que ce que mes employeurs imaginaient quand ils m'ont engagé. L'an dernier, Stuart O'Grady m'a beaucoup conseillé, il a tout fait pour que je me sente chez moi dans cette équipe. Je n'avais jamais connu ça avant."

A Montpellier, Daryl Impey a découvert d'un coup ce que signifie notoriété même s'il côtoie depuis longtemps Christopher Froome, leader du Team Sky, installé dans ce pays et qui doit beaucoup à Impey. Il lui a présenté sa compagne, Michelle Cound.

"Je le connais bien, il vit en Afrique du Sud. Dans mon pays, il a couru beaucoup de courses qui ne lui convenaient pas, courtes et rapides. En Europe, il a trouvé son terrain", a-t-il dit au sujet du favori du Tour.

"Quand nous étions tous les deux chez Barloworld, il me parlait souvent de la possibilité de gagner un Grand Tour. C'est un super professionnel, une source d'inspiration. Il est populaire chez moi mais ce n'est pas un vrai Sud-Africain comme moi. J'espère que, désormais, les honneurs seront pour moi."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant