Tour de France: Andre Greipel parachève une oeuvre collective

le
0
ANDRE GREIPEL RECONNAISSANT DU TRAVAIL DE SES COÉQUIPIERS
ANDRE GREIPEL RECONNAISSANT DU TRAVAIL DE SES COÉQUIPIERS

LE CAP D'AGDE, Hérault (Reuters) - Andre Greipel n'avait pas assez de mots pour remercier suffisamment son équipe, sans laquelle il n'aurait sans doute pas remporté une troisième étape dans ce Tour de France, samedi au Cap d'Agde.

Les sprinteurs sont toujours dépendants du train qui les emmène jusqu'aux abords de la ligne. Mais l'Allemand a plus que jamais eu besoin des siens pour se remettre de l'ascension brève mais brutale du Mont Saint-Clair à Sète, à 23 kilomètres seulement de l'arrivée.

Cette montée a laissé plus d'un coureur au sein d'un deuxième groupe distancé. Pas Greipel, le "Gorille" d'1m84 pour 82 kilos, qui a pu compter sur le travail de quatre équipiers pour le ramener aux avant-postes puis mener le peloton.

"Nous avons montré ce que devait être un travail d'équipe", a souligné l'Allemand à l'arrivée.

"Je devais gagner vu le travail réalisé par l'équipe, pour leur donner ce qu'ils avaient mérité."

"On en avait parlé ce matin, tout le monde disait que la montée allait être dure. Mais l'équipe m'a aidé, j'ai pu m'accrocher", a-t-il encore insisté.

Après l'avoir ramené au devant du peloton, ses équipiers n'en avaient pas fini avec leur tâche puisqu'il leur a fallu reprendre deux coureurs échappés - Alexandre Vinokourov et Michael Albasini.

Au final, Greipel a devancé le maillot vert Peter Sagan de quelques centimètres.

"C'était un sprint assez long. A un moment j'ai un peu ralenti mais je suis content d'avoir donné un dernier coup de rein. Grâce à mon équipe, j'ai pu avoir cette demi-roue d'avance", a-t-il encore dit.

L'Allemand a manifesté tellement de reconnaissance qu'il ne s'est pas ou peu attardé sur son carnet de route personnel, où il a coché samedi une troisième étape victorieuse.

Après ses succès à Rouen et Saint-Quentin, l'Allemand a une nouvelle fois démontré qu'il était le plus fort dans les sprints, étant entendu qu'ils se déroulent désormais sans Mark Cavendish, arrivé dans le groupe des distancés, à plus de huit minutes.

Il aura une nouvelle opportunité de briller lundi, dans une étape qui pourrait convenir aux sprinteurs, entre Samatan et Pau et où il aura plus envie que jamais de s'imposer : "Ce sera mon anniversaire, j'espère pouvoir m'offrir un cadeau."

Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant