Tour de France : à quoi sert la dernière étape ?

le
0
Le Britannique Christopher Froome et ses coéquipiers, l'an dernier sur les Champs-Élysées. L'image devrait se répéter ce dimanche dans cette ultime étape entre Chantilly et Paris.
Le Britannique Christopher Froome et ses coéquipiers, l'an dernier sur les Champs-Élysées. L'image devrait se répéter ce dimanche dans cette ultime étape entre Chantilly et Paris.

Ce dimanche pour l'ultime étape du Tour de France, 113 kilomètres entre Chantilly et les Champs-Élysées, le scénario semble écrit d'avance. Comme chaque année, cette ultime journée sera l'occasion pour les coureurs de poser devant les photographes, pour le maillot jaune et ses coéquipiers de s'offrir une coupe de champagne au début de l'étape avant que les sprinteurs ne règlent la dernière arrivée sur « la plus belle avenue du monde ».

Quand le préfet ne voulait pas du Tour à Paris

Mais cela n'a pas toujours été le cas. Le Tour de France ne s'achève sur les Champs-Élysées que depuis 1975. Auparavant, l'arrivée était adjugée au Parc des princes. Pourtant, lors de la première Grande Boucle en 1903, le préfet de Paris de l'époque, Louis Lepine, avait pris un arrêté préfectoral pour interdire le départ et l'arrivée de l'épreuve dans les rues de la capitale. « Il ne voulait pas que la course perturbe les riverains », explique le journaliste Jean-Paul Ollivier.

Ainsi, le premier départ du Tour de France a été donné à 19 kilomètres de la capitale, à Montgeron, et l'arrivée a eu lieu à Ville-d'Avray, à 14 kilomètres de Paris. Pourtant, bravant l'interdiction, les rescapés du Tour se sont ensuite rendus au Parc des princes pour un tour d'honneur et la remise des prix. C'est d'ailleurs dans cette enceinte que sera célébrée l'arrivée du Tour de France jusqu'en 1967.

Jean...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant