Tour de France 2016 : tous logés à la même enseigne

le , mis à jour à 08:58
0
Tour de France 2016 : tous logés à la même enseigne
Tour de France 2016 : tous logés à la même enseigne

Les Alpes sont bleues, ou rouges, ou jaunes, ou noires... De drôles de bourgeons ont déjà fleuri sur le versant suisse et s'apprêtent à le faire côté français. Il suffit de se balader dans les villes, les faubourgs ou même la campagne pour voir, çà et là, s'agréger autour des hôtels des engins de même couleur, bus, camions, et voitures. Et dans leur sillage, des hommes affairés. Le Tour de France, c'est un peu comme un cirque. On l'aperçoit de loin. Sauf que, vu son gigantisme, il dissémine ses ouailles un peu partout, dès la veille de l'étape, dans les environs de son point de départ. « C'est une véritable machine, cela représente 1 700 personnes à loger, tout compris, souligne Pascale Thomas, la responsable des hébergements chez ASO, l'organisateur de l'épreuve. C'est bien simple, nous sommes quatre à travailler à temps plein et nous nous y prenons un an à l'avance pour tout réserver. »

 

Les équipes se voient donc attribuer leurs lieux de transit et les respectent à la lettre. Aux riches et aux puissants les palaces, aux autres les seconds choix ? « Pas du tout, rétorque Pascale Thomas. Nous avons un cahier des charges bien précis. Les hôtels doivent être situés le plus près possible du départ ou de l'arrivée d'une étape, être équipés de restaurants, de parkings, de chambres confortables. Le minimum, c'est deux ou trois étoiles, et il n'y a pas de maximum... Mais surtout, au bout du compte, il faut que tout le monde soit à égalité, en termes d'étoiles et de kilomètres effectués. »

 

On imagine les calculs savants. « Nous nous servons d'un simple logiciel Excel, ajoute celle qui a déjà vingt Tours à son actif. Ça peut varier d'une étape à l'autre. Une équipe trouve de meilleures prestations qu'une autre un jour mais c'est l'inverse le lendemain ou le surlendemain. La difficulté, c'est qu'elles ont de plus en plus de matériel, de véhicules : cela nécessite beaucoup plus de place ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant