Tour de France 2012 : J - 1

le
0
Tour de France 2012 : J - 1
Tour de France 2012 : J - 1
Pour la troisième année consécutive, zegreenweb fait « son » Tour de France.



Un Tour de France de l'écologie, avec pour chacune des vingt étapes (prologue non compris) un focus sur une initiative locale, régionale voire sur un enjeu national, comme cela sera le cas demain. La « Grande Boucle » édition 2012 débutera en effet par un prologue dans les rues de Liège (Belgique) ; l'occasion pour nous d'évoquer la volonté du gouvernement d'Elio Di Rupo, constitué après d'interminables négociations, de sortir définitivement du nucléaire à l'horizon 2025.

Un abandon similaire à ceux décidés l'an passé à quelques semaines d'intervalle par l'Allemagne et la Suisse, motivé bien sûr par l'accident de Fukushima en mars 2011 et la peur d'une catastrophe analogue, mais qui demeure conditionné à ce que la Belgique trouve assez de sources d'énergie alternatives pour réduire au maximum les risques de pénuries d'électricité. Ville d'arrivée de l'étape d'après-demain, Seraing (Belgique) a quant à elle réalisé un bilan carbone sur lequel nous reviendrons.


Bellegarde-sur-Valserine (Ain), maillot jaune du développement durable

Les cent quatre-vingt-dix-huit coureurs transiteront par ailleurs par Albertville (Savoie), ce qui nous permettra de nous interroger sur le devenir des installations construites en vue des Jeux d'hiver de 1992, à une époque où le développement durable n'avait pas l'importance qu'il revêt aujourd'hui (l'environnement est devenu depuis le troisième pilier de l'Olympisme). Nous évoquerons aussi la gare bioclimatique de Bellegarde-sur-Valserine (Ain), à une trentaine de kilomètres de la frontière suisse. Entièrement restructurée il y a deux ans, elle est la première station bioclimatique de l'Hexagone. Novateur, son principe est simple : « Il consiste à récupérer l'énergie solaire pour chauffer l'air en hiver et favoriser la ventilation naturelle », résumait en mai 2010 Jean-Marc Duthilleul, architecte à la SNCF et président du bureau d'études. De quoi diviser par deux la consommation énergétique par rapport à une gare dite « classique ».

Sur le plan sportif, le Tour 2012 comptera deux absents de marque : le Luxembourgeois Andy Schleck, vainqueur il y a deux ans, forfait sur blessure, et l'Espagnol Alberto Contador, qui l'avait emporté en 2007 ainsi qu'en 2009 (NDLR : le bénéfice de sa victoire en 2010 lui a été retiré) et a été « suspendu à retardement pour cause de contrôle antidopage positif en juillet 2010 », rappellent nos confrères de l'AFP. Pas sûr toutefois que l'attrait soit moindre, quand bien même ces deux coureurs auraient pu « enflammer » l'épreuve, qui sans eux devrait être plus ouverte...
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant