Tour de France 1987 : Roche et la bande des quatre

le
1
Stephen Roche, à son arrivée à l'Alpe d'Huez, le 21 juillet 1987. Cinq jours plus tard, l'Irlandais remportera le Tour de France.   
Stephen Roche, à son arrivée à l'Alpe d'Huez, le 21 juillet 1987. Cinq jours plus tard, l'Irlandais remportera le Tour de France.   

L'atmosphère est étrange en ce 1er juillet 1987. La caravane colorée du Tour de France s'est installée à Berlin pour le prologue disputé derrière les barricades et les barbelées de cette enclave perdue au c?ur de la RDA. Un parcours de 6,1 km avant que les coureurs ne disputent trois étapes dans l'Allemagne de l'Ouest. Au-delà du décor, le Tour est en pleine incertitude, privée de favori pour cette 74e édition.

En novembre, Bernard Hinault, cinq fois vainqueur du Tour de France, a mis un terme à sa carrière sportive. Six mois plus tard, Greg LeMond, vainqueur en 1986, est victime d'un accident de chasse qui l'éloigne des courses pendant deux ans. Laurent Fignon, lui, n'est plus le champion qu'il a été, ce qui lui avait permis de remporter deux Tours de France en 1983 et 1984. Depuis une vingtaine d'années, rarement la Grande Boucle a été aussi ouverte.

Roche, dès le premier chrono

Pour dégager une première hiérarchie, les regards sont tournés vers le premier contre-la-montre, entre Saumur et le Futuroscope. Un parcours de 87 km où l'Irlandais Stephen Roche (Carrera) se montre le plus rapide, devant le Français Charly Mottet (Système U), qui en profite pour prendre le maillot jaune. Dans les Pyrénées, puis jusqu'à Avignon, le coureur de Valence conserve le maillot jaune pendant six jours, avant de le céder à un autre tricolore, Jean-François Bernard (Toshiba), vainqueur du chrono spectaculaire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • glitzy il y a 7 mois

    Le plus beau tour que j'ai connu...