Tour de France 1927 : la fronde, l'étrange décès et le Parisien

le
0
12e étape du Tour de France 1927, entre Luchon et Perpignan. Le Luxembourgeois Nicolas Frantz, déjà maillot jaune et futur vainqueur, devance le Français André Leducq, révélation de cette Grande Boucle.    
12e étape du Tour de France 1927, entre Luchon et Perpignan. Le Luxembourgeois Nicolas Frantz, déjà maillot jaune et futur vainqueur, devance le Français André Leducq, révélation de cette Grande Boucle.    

Comment renforcer l'animation et le spectacle pendant les étapes de plaine ? En 1937, le créateur du Tour de France, Henri Desgrange, se pose déjà la question. Sa solution est radicale : l'instauration d'un système de « départs séparés » où chaque équipe s'élance toutes les quinze minutes.

La grogne des coureurs

Les étapes se transforment alors en contre-la-montre par équipe alors que le classement général, lui, reste individuel. Sur le bord de la route, impossible de comprendre ce Tour de France où le peloton est disloqué par grappes de coureurs aux mêmes couleurs.

Chez les coureurs, justement, la fronde a débuté bien avant le départ à Paris. L'équipe Automoto a refusé de participer à la course, privant la Grande Boucle de la présence du tenant du titre, le Belge Lucien Buysse. Le Tour doit aussi compter sans Ottavio Bottecchia, le premier Italien à avoir remporté l'épreuve (en 1924 et en 1925). Le 3 juin, il est retrouvé inanimé, le visage ensanglanté, sur une route de Vénétie. Il meurt à l'hôpital douze jours plus tard.

Un décès et ses secrets

Le « Campionissimo » avait 32 ans et les rumeurs les plus folles circulent à propos des circonstances de sa mort. Est-ce un accident en plein entraînement, un assassinat politique après ses prises de position contre le fascisme ou un crime...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant