Toulouse : une école musulmane hors-contrat fermée par l'inspection académique

le , mis à jour à 08:14
2
Toulouse : une école musulmane hors-contrat fermée par l'inspection académique
Toulouse : une école musulmane hors-contrat fermée par l'inspection académique

À la rentrée, les quatre-vingt-quinze enfants inscrits à l'école maternelle et élémentaire confessionnelle musulmane Al Badr ont dû trouver un nouvel établissement. L'école située au pied du quartier populaire de Bellefontaine, à Toulouse (Haute-Garonne), a été fermée sur décision de l'inspection académique.

 

« Elle ne respectait ni le droit de l'enfant à l'instruction, ni l'objet de l'instruction obligatoire », justifie l'administration dans une lettre envoyée aux parents d'élèves le 20 juillet. Ces derniers doivent se conformer à l'injonction sous peine « de six mois de prison et 7 500 € d'amende ».

 

Le directeur, l'imam Abdelfattah Rahhaoui, dénonce, lui, un « acharnement administratif sans aucun fondement ». « C'est de la pure persécution. Je veux juste qu'on respecte nos droits les plus élémentaires », indique celui qui a créé cette école en 2013 dans la zone sensible du Grand Mirail.

 

Personnalité controversée, cet imam, ingénieur de formation, a le verbe facile et le ton docte et était déjà à l'origine du lycée musulman de Toulouse. Plusieurs fois mis en cause, notamment pour un supposé défaut de permis de conduire qui lui avait valu une interpellation, il n'a toutefois jamais été condamné.

 

«Je suis barbu et j'enseigne ma foi mais ça ne fait pas de moi un radicalisé»

 

« Oui, je suis religieux, oui je suis musulman, oui je suis barbu et j'enseigne ma foi, mais cela ne fait pas de moi pour autant un radicalisé. On confond tout dans ce pays », assure Abdelfattah Rahhaoui, qui insiste : « Tous ceux qui ont rejoint les rangs de Daech sont passés par l'école publique et jamais par une école religieuse. » « Ce sont ses prises de position qui agacent les autorités », prévient Me François Benech, son avocat.

 

« Il ne s'agit en aucun cas d'une école clandestine mais d'une école privée hors contrat comme peuvent l'être des écoles ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jany7 il y a 10 mois

    comment l'etat abandonne t il ses prérogatives ? qui a accepté toutes ces ecoles ?

  • M7166371 il y a 10 mois

    bravo , si les lois françaises ne lui conviennent pas qu'il aille enseigner dans un pays où son comportement sera jugé admissible.