Toulouse : «Toute la société se projette, s'identifie»

le
0
INTERVIEW - Pour le psychiatre Christian Navarre, les cellules de soutien psychologique assurent aux victimes une présence, un soutien et leur permettent d'exprimer leurs émotions.

Le Dr Christian Navarre, auteur de Psy des catastrophes, dix années auprès des victimes (Éditions Imago), psychiatre au centre hos­pitalier du Rouvray, revient sur le choc provoqué par le drame de Toulouse, son impact sur la société et la prise en charge psychologique du traumatisme.

LE FIGARO. - Ce drame suscite une émotion collective. Comment l'appréhender?

Dr Christian NAVARRE. - Ce genre d'événement est vécu de manière plus douloureuse dans un pays comme le nôtre qui vit en sécurité, dans la paix. Nos certitudes peuvent s'effondrer. Quand la mort ne vient pas d'une catastrophe naturelle mais de la main de l'homme, c'est encore plus choquant. Et quand des enfants qui représentent l'innocence et le futur sont touchés, cela ajoute au traumatisme. Toute la société se projette, s'identifie. L'incompréhension s'associe à l'injustice. Nous avons besoin de cérémonies, de commémorations sociales et religieuses pour faire face à ces événements. Ce temps du deuil

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant