Toulouse : le parvis «Saint Jean-Paul II» sème la discorde

le
1
Toulouse : le parvis «Saint Jean-Paul II» sème la discorde
Toulouse : le parvis «Saint Jean-Paul II» sème la discorde

Entre hommage à Jean-Paul II et défense d'une stricte laïcité, les débats risquent d'être tendus ce vendredi 10 avril au conseil municipal de Toulouse (Haute-Garonne). Ce soir-là, la majorité du maire UMP, Jean-Luc Moudenc, souhaite soumettre aux élus de la ville le projet de baptiser le parvis de la cathédrale Saint-Sernin en parvis «Saint Jean-Paul II», du nom du pape décédé il y a dix ans, béatifié puis sanctifié.

En face, l'élu d'opposition PS François Briançon dénonce une «décision inopportune» et «inutile», «au moment où un large débat, très controversé, traverse la société française sur la place des religions dans l’espace public».

Dans un communiqué sans ambages publié sur son blog, François Briançon estime que «Jean-Paul II n’est pas une personnalité qui rassemble, mais une personnalité qui divise». «Personnage controversé, il est reconnu pour son action pour la paix, contre la pauvreté mais aussi pour sa condamnation de la contraception, de l’avortement au moment où, durant son sacerdoce, le SIDA se développait avec force, notamment en Afrique», argumente l'élu socialiste. Avant de conclure que «ce parvis — s'il lui faut un nom —» pourrait s'appeler selon lui… «parvis de la laïcité» !

La décision de @jlmoudenc de donner le nom "Saint Jean Paul II " au parvis de Saint-Sernin est inopportune et inutile

http://t.co/MLfukTsK2K— François Briançon (@fbriancon) 7 Avril 2015

En face, la riposte est venue du premier adjoint au maire, Jean-Michel Lattes, qui est aussi l'élu en charge du dossier. «Nous ne souhaitons pas honorer l’homme d’Eglise mais la figure historique, l’homme d’Etat qu’a été le Pape Jean-Paul II», tient d'abord à préciser Jean-Michel Lattes, dans une réponse publiée sur le site du groupe de la majorité municipale «Toulouse ensemble».

@jmlattes répond au communiqué intolérant de @fbriancon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mercredi 8 avr 2015 à 18:05

    Aujourd'hui, tout est sujet de polémique, on ne peut plus rien dire ni rien faire : les crabes sont au aguets et se jettent sur tout ce qui bouge.