Toulouse : la joggeuse n'aurait pas été violée

le
0
D'après les premiers résultats de l'autopsie révélés par RTL, Patricia Bouchon, dont le corps a été découvert mardi à Villematier, en Haute-Garonne, aurait succombé à une strangulation.

Les résultats des tests ADN sont formels. Le cadavre découvert mardi soir à Villematier, en Haute-Garonne, est bien celui de la joggeuse Patricia Bouchon, disparue le 14 février dans le village de Bouloc, a confirmé mercredi le procureur de Toulouse. Cette découverte constitue un tournant important dans une enquête de longue haleine, dans laquelle deux hommes ont été placés en garde à vue puis relâchés.

Selon RTL, la piste criminelle se confirme. Au vu des traces de pression sur son larynx, Patricia Bouchon aurait succombé à une strangulation. L'autopsie n'aurait en revanche révélé aucune trace de violence sexuelle, croit savoir la radio. Plus tôt, Le Parisien affirmait de son côté que la mère de famille avait été frappée violemment à plusieurs reprises.

Les experts de la gendarmerie scientifique ont retrouvé son alliance, avec une inscription «caractéristique» à l'intérieur, ainsi que des éléments de boucle d'oreille lui appartenant, sur le cadavre

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant