Toulouse : l'Airbus frôle le crash, easyJet séquestre les passagers

le , mis à jour le
6
Le vol easyJet 4027 aurait dû se poser à Toulouse. Après deux tentatives infructueuses, le pilote décide finalement d'atterrir à Montpellier.
Le vol easyJet 4027 aurait dû se poser à Toulouse. Après deux tentatives infructueuses, le pilote décide finalement d'atterrir à Montpellier.

Ils ont eu la peur de leur vie. La Dépêche du Midi revient sur la mésaventure des 180 passagers du vol easyJet 4027 qui ont frôlé le crash, dimanche 5 février, lors d'une tentative d'atterrissage à Toulouse. Au terme d'un vol d'une heure plutôt mouvementé, en raison des vents violents générés par la tempête Marcel, l'appareil tente de se poser vers 17 heures sur le tarmac de l'aéroport de Blagnac, près de Toulouse. Le pilote échoue une première fois. Angel, un des passagers à bord de l'avion, raconte : « À quelques mètres du sol, il a remis les gaz à fond pour redécoller. On se serait cru dans le Space Mountain à Euro Disney. »

Le pilote opère une deuxième tentative, et c'est là que les choses se gâtent. « Le train d'atterrissage a percuté très brutalement le sol et le pilote a de nouveau remis les gaz », poursuit le passager, encore choqué. L'appareil manque alors de se crasher. Angel explique qu'à bord, c'est la panique. L'avion, quant à lui, n'a toujours pas atterri. Le pilote annonce alors qu'il va tenter de se poser à Montpellier, à deux heures trente de route de Toulouse. Dans l'avion, c'est l'incompréhension, et les passagers sont toujours angoissés des deux tentatives d'atterrissage ratées. L'appareil finit par réussir à se poser à Montpellier à 18 h 15, une heure et quart après les essais infructueux sur le tarmac de Toulouse.

Le personnel empêche les passagers de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3369045 le mercredi 8 fév 2017 à 09:12

    Le CDB a fait le bon choix : Bravo, pas cassé, tous vivants ! Il y a dans l'histoire de nombreux crashes dus à la pression de la compagnie pour ne pas dérouter....faites votre choix ! Le CDB est légalement, et doit rester le décisionnaire en pareil cas.

  • M7097610 le mercredi 8 fév 2017 à 09:10

    mème chose vécue à Pau il y a deux ans avec air france mais il ne devait pas y avoir de journaliste parmi les passager ! au second essai, le pilote a réussi à se poser mais comme une buche ! Je me demande encore comment le train d'atterrissage a résisté ...

  • M5441845 le mardi 7 fév 2017 à 22:21

    Il est vrai que Montpellier est à 2H30 de route de Toulouse, exactement 240 km, mais on comprend mal pourquoi on utilise la référence du trajet routier pour un déroutement aérien...

  • pbenard6 le mardi 7 fév 2017 à 21:37

    encore heureux qu'il y ait eu assez de kérozène

  • M2310631 le mardi 7 fév 2017 à 21:09

    En cas de tempête le pilote a certainement fait le bon choix.

  • boudet le mardi 7 fév 2017 à 20:53

    ça ne donne pas envie de choisir easyjet !!!