Toulouse : Bouscatel aurait " souhaité que Novès reste "

le
0
Toulouse : Bouscatel aurait " souhaité que Novès reste "
Toulouse : Bouscatel aurait " souhaité que Novès reste "

Invité sur RMC Sport, René Bouscatel est revenu sur la nomination de Guy Novès à la tête du XV de France. S'il a avoué qu'il aurait préféré conserver son entraîneur, le président du Stade Toulousain se veut confiant pour l'avenir.

« Très heureux pour Guy Novès » de cette « nomination méritée », René Bouscatel s’est longuement exprimé sur RMC Sport quant au départ de son emblématique entraîneur, parti reprendre les rênes du XV de France. Mais entre fierté et tristesse, le cœur du président toulousain balance encore : « Je le connais suffisamment pour savoir qu’il va réussir avec l’équipe de France. À titre personnel, ça a d’abord été un petit déchirement. Là j’en suis un peu au spleen et dans quelques temps, j’en serai à la nostalgie. Mais c’est l’avenir qui compte, tant pour lui que pour moi, tant pour l’équipe de France que pour le Stade Toulousain. Et encore une fois il le mérite très, très largement. » Nostalgique mais jamais amer, René Bouscatel a tenu à rappeler ses meilleurs souvenirs de ces vingt années de collaboration avec Novès, soulignant que leur relation n’avait jamais été aussi tumultueuse que l’on pouvait le penser : « Ce qui m’a le plus peiné, c’est de voir parfois dans les médias que nous étions dans des clans opposés. Ce n’est pas du tout le cas. On a eu 22 ans de vie commune, 22 ans pendant lesquels je l’ai soutenu, accompagné, parfois conseillé. Moi, avec lui je n’ai jamais eu de problèmes. »

« On ne peut pas copier Guy Novès »

Bouscatel ne cache pas par ailleurs que le départ de Novès remet en cause l’avenir du club : « Personnellement, j’aurais souhaité qu’il reste, c’est très clair. Je pensais que l’on pouvait évoluer et qu’il nous accompagne dans cette évolution pour faire la transition et le changement au moment opportun. Il a choisi un autre challenge, encore une fois j’en suis très heureux pour lui, mais ce n’était pas mon choix. » Mais le Stade toulousain n’en demeure pas moins vivant, avec un avenir dans lequel son président se montre confiant : « Les gens pourraient penser qu’il y a une personne providentielle et qu’elle partant, le Stade Toulousain est terminé, mais pas du tout. Il n’y aura pas de successeur de Guy Novès, qui était à la fois manager et entraîneur principal. Sa suite sera complètement différente. Je pense qu’on ne peut pas copier Guy Novès. C’est quelqu’un d’exceptionnel, qui a apporté au club non seulement par son palmarès mais par son empreinte, son mode de management qui n’appartenait qu’à lui. Donc il ne faudra pas faire une copie. On va partir sur un nouveau projet, que je construis patiemment. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant