Toulouse-Blagnac : l'Etat vend 49,99% de ses parts à des investisseurs chinois

le
5
Toulouse-Blagnac : l'Etat vend 49,99% de ses parts à des investisseurs chinois
Toulouse-Blagnac : l'Etat vend 49,99% de ses parts à des investisseurs chinois

Une campagne de financement participatif de donateurs locaux n'aura pas suffi à conserver une infrastructure potentiellement stratégique. Le gouvernement compte céder 49,99% du capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac au consortium chinois Symbiose, a annoncé le ministère de l'Economie jeudi soir dans un communiqué, confirmant une information de la Dépêche du Midi.

Dans un entretien accordé au journal, le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, précise «qu'il ne s'agit pas d'une privatisation mais bien d'une ouverture de capital dans laquelle les collectivités locales et l'Etat restent majoritaires avec 50,01% du capital». Il ajoute qu'elle s'effectue pour «un montant de 308 millions d'euros». Les structures continueront d'appartenir à la puissance publique.

L'Etat garderait les commandes

Dans un communiqué commun, Emmanuel Macron et le ministre des Finances Michel Sapin ont précisé avoir choisi ce consortium, composé de Shandong Hi-Speed Group et de Friedmann Pacific Asset Management, un fonds d'investissement de Hong Kong, comme «acquéreur pressenti» de la part de 49,9% mise en vente cet été par l'Etat, sur les 60% qu'il détient actuellement.

«L'aéroport de Toulouse-Blagnac demeure en tout état de cause géré dans le cadre d'une concession dont l'Etat est le concédant et seul le capital de la société concessionnaire, chargée de l'exploitation, est ouvert», ont ils assuré, ajoutant que «l'opération a été menée en concertation continue entre l'Etat et les actionnaires publics locaux».

Le reste du capital de l'aéroport est détenu par la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse (25%) ainsi que les collectivités locales (région, département et agglomération de Toulouse, avec 5% chacun).

Enfin, Bercy précise que «la décision définitive de cession ne pourra intervenir qu'à l'issue» d'une procédure de consultation du comité d'entreprise de l'aéroport, et après autorisation des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4098497 le vendredi 5 déc 2014 à 08:59

    Pardon PEROL

  • M4098497 le vendredi 5 déc 2014 à 08:58

    Macron futur président d'une banque chinoise. Souvenez vous de PEYROL

  • marc9524 le vendredi 5 déc 2014 à 08:47

    grave qu'on les laisse faire du business, ils n'y connaissent rien !!!

  • Cambio17 le vendredi 5 déc 2014 à 07:59

    Et pour le futur aéroport de Nantes ? LOL !

  • Georg47 le vendredi 5 déc 2014 à 07:50

    Et qui empêchera les chinois d'acheter d'autres actions par la suite ?à 50.1% la