Toulouse-Blagnac : des internautes tentent de contrer la privatisation

le
0
Toulouse-Blagnac : des internautes tentent de contrer la privatisation
Toulouse-Blagnac : des internautes tentent de contrer la privatisation

Le «Blagnacthon» est bien lancé. Les internautes se mobilisent pour racheter l'aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB). Face au projet de privatisation du sixième aéroport de France en termes de mouvements de passagers (7,5 millions en 2012 et 2013 selon le rapport d'activités de l'Union des aéroports français), une plateforme toulousaine de crowdfunding a lancé une opération «Rachetons l'aéroport de Toulouse Blagnac». Et si certains dénoncent un coup de com' jusque sur le site dédié, les promesses d'investissement affluent. 

Ce vendredi matin, selon Thierry Merquiol, co-fondateur de Wiseed et artisan de l'idée, 3000 personnes ont déjà promis d'investir à hauteur de 8 millions d'euros. Jeudi matin, moins de 24 heures après l'ouverture de cette nouvelle forme de marché boursier, Wiseed avait réuni 1000 personnes qui promettaient 2 millions d'euros. Les intentions, émanant de particuliers, iraient de 20 à 50 000 euros mais le site ne permet ni de voir le nombre de participants ni de mesurer l'échelle des promesses. 

Permettre à «la collectivité» de rester majoritaire

«Peu importe s'il y a des dividendes ou pas. L'esprit collaboratif me suffit et l'envie que le collaboratif se développe de plus en plus dans tous les domaines me fait vibrer», commente ainsi un certain Sly, qui a validé son intention de participer. «Dom» a donné 500 € : «Projet enthousiasmant ! De l'audace que diable !» Loubloub s'inquiète : «En 2003, on nous disait officiellement que Blagnac était saturé et qu'il fallait construire un nouvel aéroport dans les environs. Faut-il donc que l'actionnaire ait à faire face à de trés gros investissements dans les prochaines années et à une levée de boucliers de la population locale, comme à Notre-Dame des Landes ?»

L'objectif de Wiseed est d'obtenir de quoi racheter 10,1% des 49,9% de parts que souhaite vendre l'Etat sur les 60%  dont il est propriétaire. La Chambre de commerce et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant