Toujours pas de hausse des taux des prêts immobiliers à l'horizon

le
7
tale/shutterstock.com
tale/shutterstock.com

(Relaxnews) - Pour l'immobilier, le printemps rime normalement avec dynamisme, et pourtant les indicateurs de référence pour les banques demeurent stables. Conséquence : les taux des prêts ne devraient pas monter en tous cas en avril et ils pourraient même à nouveau baisser, selon le courtier en crédits immobiliers Credixia.

La hausse des taux des prêts n'est pas encore pour maintenant selon Credixia. Pour l'affirmer, le courtier en crédits immobiliers se fonde sur les taux d'intérêt des marchés financiers eux-mêmes toujours très bas et qui oscillent très légèrement : entre 2,11% et 2,15%. Ces derniers sont utilisés comme référence pour les taux fixes des prêts immobiliers.

En outre, la Banque centrale européenne (BCE) devrait maintenir son taux directeur à 0,75%, puisque le niveau d'inflation demeure faible, et le courtier annonce même qu'elle pourrait le baisser à un plancher jamais atteint de 0,50%.

Autre signe en faveur d'une stabilité des prêts et peut-être même d'une baisse : la rentrée immobilière qui a traditionnellement lieu au mois d'avril. En cette période, le nombre de transactions augmente. Pour attirer, cette nouvelle clientèle de futurs acheteurs, les banques baissent leur grille de taux. Credixia affirme donc "qu'il n'y a aucune raison de prévoir une hausse des taux dans les prochains mois, sous réserve d'évènements extérieurs en France et en Europe". Prudence oblige.

slh/ls

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chmey671 le mercredi 20 mar 2013 à 11:51

    @supersum : Si vous avez les moyens de laisser un appartement ou une maison vide le temps que le marché immobilier reparte à la hausse tant mieux pour vous mais il vous faudra attendre quelques années et la grande majorité des Français n'en ont pas les moyens

  • supersum le mercredi 20 mar 2013 à 10:35

    Les vendeurs ont tout leur temps, on ne peut pas engraisser l'état pour payer les allocs à coup de taxes et baisser les prix, les vendeurs ne veulent ni payer les taxes et ne peuvent pas rénover faute de ressources, conclusion maison vide et attente, 5 10 20 ans peu importe on verra qui cédera en premier

  • mfouche2 le mercredi 20 mar 2013 à 10:19

    bonnes analyses de M6602723 et de bignou56 même si plus succinte !

  • M9086055 le mercredi 20 mar 2013 à 00:07

    Actuellement ce qui influence le marché immobilier, ce n'est pas les taux des emprunts, mais la confiance dans la conjoncture économique.Avec un % de chômeurs qui n'arrête pas d'augmenter, des impôts qui explosent, des prestations sociales qui disparaîssent, une conjoncture économique qui se dégrade et un Etat qui continue "d'engraisser ses fonctionnaires", la confiance des acheteurs immobilier n'est pas prête à revenir.Ils préférent s'exiler ou passer leur retraite au Maroc.

  • M6602723 le mardi 19 mar 2013 à 20:05

    De toutes manières l'immobilier est entré dans sa phase baissière, minimum -5% tous les 8 mois à Paris intra-muros (sources des notaires grâce aux avants contrat). Cette baisse va évidement se répercuter sur l'ensemble de l'IDF comme en 1993. Il vaut mieux acheter avec une baisse de 20 ou 30 % et avec un taux de 6, 8 voir 9 %(confer le tunnel de Friggit où l'on peut s'apercevoir que l'immobilier est surévaluer de 35 à 40 %, donc il y a encore de la marge). Donc les taux on s'en contrefiche....

  • faites_c le mardi 19 mar 2013 à 19:10

    Credixia affirme donc "qu'il n'y a aucune raison de prévoir une hausse des taux dans les prochains mois, sous réserve d'évènements extérieurs en France et en Europe".En, clair cet organisme ne sait rien du tout et est incapable de prédire quoique ce soit. Pour parodier certains "Quand on a rien à dire, on ferait mieux de fermer sa gue.ule!".

  • bignou56 le mardi 19 mar 2013 à 17:55

    on s'en fiche.ce n'est pas ca le plus important,c'est le prix du bien à acheter qui détermine l'emprunt.