Toujours pas d'accord entre Copé et Fillon à l'UMP

le
1
TOUJOURS PAS D'ACCORD ENTRE COPÉ ET FILLON À L'UMP
TOUJOURS PAS D'ACCORD ENTRE COPÉ ET FILLON À L'UMP

PARIS (Reuters) - François Fillon et Jean-François Copé semblaient au bord de la rupture mardi soir après une cinquième entrevue qui s'est soldée pour l'ancien Premier ministre par "un constat de désaccord".

Le président proclamé de l'UMP et le député de Paris, qui conteste une élection entachée selon lui d'irrégularités, se sont vus durant près d'une heure à l'Assemblée nationale.

"Il y a un constat de désaccord sur la sortie de crise", a-t-on dit dans l'entourage de François Fillon après ce cinquième tête-à-tête qui pourrait être le dernier pour l'ancien Premier ministre.

François Fillon a répété à son interlocuteur qu'il n'y avait pas "d'autre solution démocratique qu'une nouvelle élection avant l'été 2013".

Il lui a demandé "d'entendre les nombreuses voix diverses qui appellent à une nouvelle élection avant l'été" et de reconsidérer sa position sur le calendrier d'un nouveau vote "dans l'intérêt de l'UMP", a-t-on rapporté.

Jean-François Copé, dont le mandat expire théoriquement en 2015, propose un nouveau scrutin en 2014, après les élections municipales, et se tient pour l'heure à cette position.

On précise dans son entourage que "le dialogue reste ouvert".

Dans une tribune à paraître mercredi dans Le Figaro, François Fillon déclare que son rival doit "accepter de ne pas avoir raison contre tout le monde".

Selon un proche de l'ancien Premier ministre, ce dernier n'est prêt à une nouvelle entrevue que si Jean-François Copé est disposé à "avancer sur le calendrier". "On est toujours prêts à discuter, mais bon, on est quand même au bout du cinquième rendez-vous...", souligne-t-il.

François Fillon entend tirer parti du ras-le-bol grandissant des parlementaires UMP et de leur préférence, majoritaire selon les "fillonistes", pour un vote à bref délai.

"COPÉ COMMENCE À S'ISOLER"

La pression s'accentue de fait sur Jean-François Copé.

L'ancien président de l'Assemblée Bernard Accoyer, qui condamne un "statu quo" suicidaire selon lui, a décidé de consulter mardi prochain l'ensemble des parlementaires UMP sur l'opportunité d'un nouveau vote à bref délai. Ce référendum à bulletins secrets aura lieu à 12h00 (11h00 GMT) à l'Assemblée.

François Fillon a prôné mardi matin sur Europe 1 un vote avant l'été 2013 ouvert à de nouvelles candidatures. Il est allé plus loin en déclarant qu'il pourrait ne pas concourir.

"S'il s'agit de revoter avant l'été avec une réforme des statuts en ouvrant complètement le jeu à des nouvelles candidatures pour assurer une sorte de réoxygénation de notre parti politique, j'y suis favorable", a-t-il dit.

Face à "un spectacle lamentable", l'élu de Paris, qui assure ne plus se battre pour lui-même, n'exclut toujours pas de saisir la justice. "C'est une possibilité que je me garde, le recours est en cours de préparation".

Pour le député "filloniste" Lionel Tardy, "ce n'est pas la peine de faire cinquante réunions" car la proposition est sur la table et "on ne peut pas aller plus loin que cette solution-là".

L'ancien ministre Eric Woerth, soutien de François Fillon, estime que Jean-François Copé "commence à s'isoler" au sein de l'UMP. "Ce n'est pas bon pour lui et ce n'est pas bon pour le mouvement".

Pour le "copéiste" Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée, "il faut arrêter les pressions en tout genre".

"Ça se passe entre eux deux. (...) Il reste un sujet, c'est celui de la date de l'élection. Je leur fais confiance pour se mettre d'accord", a-t-il dit mardi à la presse.

Sophie Louet avec Emile Picy

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3101717 le mercredi 12 déc 2012 à 07:19

    Ils sont mauvais et ont dirigé le Pays pendant 10 ans. On comprend mieux l'état dans lequel il est aujourd'hui. Ceux qui se consoleront chez l'héritière LE PEN auront les mêmes résultats : rappelez-vous les belles villes d'Orange, Marignanne, Vitrolles et Avignon. Ruinées ;o)