Touchée, la Masia serait-elle en train de couler ?

le
0
Touchée, la Masia serait-elle en train de couler ?
Touchée, la Masia serait-elle en train de couler ?

Vitrine internationale du barcelonismo, le centre de formation du FCB ne sait plus sur quel pied danser. L'interdiction de recrutement, partie visible de l'iceberg, est loin d'être la pire conséquence des peines infligées par la FIFA au FCB : car oui, sa Masia se meurt à petit feu.

À peine une minute après son entrée sur la pelouse du stade olympique de Rome, Rafinha se tord de douleur. Fauché par le sécateur Radja Nainggolan, il prend illico la direction de l'infirmerie. Un jour plus tard, le diagnostic est implacable : une absence d'au minimum six mois pour un ligament croisé en compote. Une mauvaise nouvelle qui prend des proportions démesurées du côté de la cité de Gaudi. Plus que la perte d'un enfant de la Masia, le Barça estime ne pas être soumis aux mêmes règlements que ses concurrents. Dans un tel cas de figure, tout club espagnol peut actionner l'article 124.3 de la RFEF. "Cet article de la Fédération permet, sous certaines conditions exceptionnelles, dont les graves blessures, d'inscrire un joueur qui ne fait pas partie du cadre des transferts internationaux parce qu'il ne s'applique qu'en Espagne. La FIFA ne peut rien faire", jure Toni Freixa, candidat malheureux aux dernières présidentielles blaugrana. La direction du FCB, moins optimiste, se prépare elle à recruter en janvier, sitôt l'interdiction terminée, et à piocher dans son centre de formation. Une Masia toujours dans de sales draps.

" On ne touche pas à la Masia"


Symbole de la suprématie blaugrana, la Masia n'est autre qu'une ancienne résidence de paysans. Un édifice construit en 1702 qui a traversé les mutations de la mégalopole barcelonaise sans sourciller. Le Camp Nou construit à ses côtés, elle devient même pendant un temps le centre névralgique du FC Barcelone. Ce n'est qu'en 1979, après des travaux de remise aux normes, qu'elle héberge les jeunes pousses culés et gagne ses galons. Vingt-deux ans plus tard, et pour cause de modernisation du club, la Masia déménage au sein de la flambant neuve Ciutat Esportiva de Sant Joan Despi. Autant de détails historiques qui la classent au premier rang du patrimoine barcelonais. Un patrimoine qui est complété par les nombreuses pépites qu'elle a fait germer. Xavi Hernández, Andrés Iniesta, Carles Puyol, Leo Messi ou encore Cesc Fàbregas ont tous été bercés par les diktats prêchés au sein de la Masia. Lorsque, le 2 avril 2014, la FIFA rend effective ses sanctions à l'encontre du FCB pour un recrutement illégal de dix mineurs entre 2009 et 2013, le ciel tombe sur la tête de sa direction. Et les soucis commencent à s'entasser devant la porte de sa cantera.

Partie visible de l'iceberg, l'interdiction…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant