Totti et son fantasme abandonné du Real

le
0
Totti et son fantasme abandonné du Real
Totti et son fantasme abandonné du Real

Francesco l'a avoué il y a peu : la Maison Blanche est la seule qui lui a donné envie de voir ailleurs. Mais finalement, l'amour avec la Roma a vaincu.

Même les plus belles relations ont parfois leurs petites aspérités. Celle entre Francesco Totti et la Roma, qui dure maintenant depuis plus de 23 ans, n'échappe pas à la règle. Et s'il n'y a finalement jamais eu d'infidélités avérées, Francesco a avoué à France Football, il y a peu, qu'il avait déjà pensé à une autre. Et pas qu'un peu : "En 2004, j'étais en partance pour le Real. Je voulais une grande équipe pour gagner et, à ce moment-là, les dirigeants de la Roma ne pouvaient pas me donner tout ce que je voulais. Mais à la fin, heureusement, j'ai fait le choix du cœur et je suis resté à Rome. Ici quand tout va bien, c'est comme si j'étais le pape. L'amour que Rome vous donne, aucune autre ville ne peut vous le donner." Peut-on pour autant vraiment parler de trahison ?

Les deux chocs Totti : 1997 et 2004


Non, car en 2004, Francesco a 28 ans. Il est encore beau, jeune et plein d'avenir. Et puis il a déjà vécu ses plus belles heures avec la Roma, le summum étant bien entendu le Scudetto de 2001. Dans son esprit, ça ressemble donc à la fin d'un cycle. Il ne s'est jamais vraiment posé la question, puisqu'il joue dans son club de cœur, mais pourquoi ne pourrait-il pas s'essayer dans un autre championnat ? Après tout, il est l'un des tout meilleurs attaquants d'Europe, il a bien le droit de voyager. Et puis, il faut se souvenir aussi qu'en 1997, Totti et la Roma avaient déjà connu une crise. Carlos Bianchi, alors aux commandes de l'équipe, ne se satisfait pas de son jeune talent et affirme qu'il a presque signé avec la Sampdoria. "Il insistait pour que je parte", explique Totti à France Football. "Malgré les attentes, il pensait que j'étais un joueur normal. J'avais accepté son choix tranquillement et j'avais presque signé avec la Sampdoria. Mais il y a eu un tournoi amical à Rome, dans lequel on devait jouer contre le Borussia Mönchengladbach et l'Ajax, où jouait Jari Litmanen que Bianchi voulait à n'importe quel prix à la Roma. Pour lui, Litmanen était un joueur stratosphérique, le plus fort en circulation. À ce tournoi, j'ai très bien joué et j'ai marqué un but dans chacune des rencontres. Le président Sensi a alors dit : "Il ne bouge pas d'ici.""

Si l'épisode de 1997 avait été plutôt bref, celui de 2004 est bien plus costaud. Il y a…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant