Tottenham et sa filière belge

le
0

Avant de défier Manchester United et de continuer sa chasse à Leicester, Tottenham s'appuie sur quatre garçons pleins d'avenir pour rêver plus grand. Quatre Belges, quatre profils, quatre gueules.

Moussa Dembélé, le revenant


Moussa Dembélé possède un physique à la Kirk Lazarus, le personnage de Tonnerre sous les tropiques campé par Robert Downey Jr. C'est une gueule. Un pied. Mais aussi une grosse attente autour de lui, sans doute trop. C'est l'histoire d'un gamin devenu star trop tôt. Octobre 2004, Moussa Dembélé débute son premier match en pro à 17 ans et 3 mois avec son club du Germinal Beerschot Anvers (GBA). Précoce et polyvalent. Numéro 9 au départ, 8 à l'arrivée car il ne marquait pas assez mais talentueux. Tellement en avance sur son temps qu'il file à 18 ans dans une autre entité du Benelux, à Willem II, aux Pays-Bas. Lui, rêvait pourtant de l'Ajax. Une saison plus tard, voilà Dembélé international et courtisé. Direction l'AZ de Louis van Gaal. Sa réputation commence à faire du bruit. Sur un geste, il peut changer le cours d'un match. Tout semble réuni pour le décollage mais le garçon n'est pas assez décisif. Alors que tous les jeunes cracks Belges rejoignent la Premier League dans des clubs ambitieux, Dembélé arrive à Fulham contre une modique somme (moins de 7 plaques).

Dembélé, plus le temps pour les regrets
Son pied gauche et sa bonne bouille en font l'une des coqueluches de Craven Cottage et notamment de son coach Martin Jol. Deux saisons chez les Cottagers et voilà Dembélé à Tottenham pour 19 millions. Jol lui passe la brosse à reluire lors de son départ : "Dembele est probablement le meilleur joueur avec un ballon que j'ai jamais vu ". Après tout, le Belge à tout : caisse, pied gauche, technique, vista, réputation et talent. Mais il doit faire oublier Modric et Van der Vaart chez les Spurs, pas vraiment un cadeau d'arrivée. Et sa progression prend une baffe dans la gueule. Pour la première fois, il se retrouve sur le banc quand il ne sort pas du onze à la mi-temps. Trois saisons quelconques, on dit le joueur sur le départ l'été dernier. Mais les Spurs se délestent d'autres milieux (Stambouli, Capoue, Paulinho). Pochettino change d'avis et tente de (re)mettre son joueur dans le onze de départ. Eric Dier devient 6 et Dembélé joue plus haut, plus libéré, plus vite. Sans faire de bruits, le garçon redevient une pièce…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant