Tottenham balaye facilement Leicester

le
0
Tottenham balaye facilement Leicester
Tottenham balaye facilement Leicester

Avec un effectif largement modifié, les Spurs se sont qualifiés ce soir, sans trembler, au King Power Stadium (2-0). Un succès assuré par un Son décisif et qui envoie Tottenham au 4e tour de la FA Cup.

Leicester City 0-2 Tottenham Hotspur

Buts : Heung-min Son (39e), Nacer Chadli (66e)

Au final, on ne retiendra que ça. Cette image d'un visage éclatant, enfin souriant. Celui de Son Heung-min, débarqué l'été dernier du Bayer Leverkusen pour 30 millions d'euros à Tottenham, qui joue, qui tente et qui marque. On jouait depuis une quarantaine de minutes mercredi soir quand le Sud-Coréen a décidé d'entrer en scène. Par un coup de patte parfait, puissant, du droit, qui a trompé un Kasper Schmeichel imbattable il y a une semaine à White Hart Lane. Avec une passe décisive pour Chadli, Son a rendu ce soir une copie parfaite du côté de Leicester pour permettre aux Spurs de se qualifier tranquillement pour le prochain tour de la FA Cup (2-0). Le bal des revenants.

Le délice de Son


Il y a des décisions qui sont plus importantes que d'autres. Certaines peuvent même plomber une saison ou un calendrier à un moment où personne n'a envie de rejouer. Le coup de sifflet de Robert Madley il y a dix jours, à White Hart Lane, offrant un penalty contestable, et contesté, à Harry Kane en fait partie. Un cadeau du destin poussant Leicester et Tottenham à se retrouver ce soir pour la troisième fois en dix jours et à se battre pour l'un des derniers tickets d'entrée au 4e tour de la FA Cup. Comme lors du premier acte, Claudio Ranieri n'a pas le choix. L'Italien veut briller sans se fatiguer et aligne donc un 4-5-1 en béton armé avec un onze entièrement remanié. Problème, Pochettino et Tottenham jouent la même carte. Résultat : on se regarde, on s'observe et on s'attend. Sans trop se forcer.

Dès les premières minutes, Leicester affiche ses intentions et laisse le ballon aux Spurs. Ranieri ne veut pas prendre de risque et ça se voit. Au quart d'heure de jeu, Tottenham fait donc tourner avec une moyenne de 77% de possession de balle autour d'un trio Eriksen-Lamela-Chadli sans trop d'idées. Les seules prises d'initiatives sont lointaines à l'image de Christian Eriksen qui ouvre trop son pied à l'entrée de la surface ou des pétards de Ben Davies qui réveillent timidement un King Power Stadium somnolent. Sur son banc, Mauricio Pochettino veut pourtant que ça joue et envoie…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant