Toto Berizzo, meilleur élève de Bielsa

le
0
Toto Berizzo, meilleur élève de Bielsa
Toto Berizzo, meilleur élève de Bielsa

Plutôt connu pour son jeu tout en physique et en hargne, Eduardo Berizzo s'impose comme un entraîneur tout en finesse. Arrivé cet été en Galice, il poursuit la mue d'un Celta de Vigo plus joueur que tueur. Normal, Toto se veut le meilleur élève de Marcelo Bielsa.

"Avant, on ne touchait pas autant le ballon et quand on faisait trop de passes, le Balaidos ne l'acceptait pas. Un entraîneur argentin était arrivé en 1972, Pedro Dellacha, et il voulait que nous jouions depuis derrière. Les gens ne le comprenaient pas et s'ennuyaient". Manolo Rodriguez Alfonso est un témoin privilégié de la mue du Celta de Vigo. Capitaine avec le plus de matchs dans l'histoire du club galicien, il ne se cache pas à l'heure d'évoquer "une claire évolution dans le jeu". Un temps sous la houlette de Luis Enrique, parti vers des cieux méditerranéens à l'été, les Celticos s'imposent peu à peu comme une place forte d'un football ultra-offensif et tout en touché de Liga. Quoi de plus normal, puisque, en juin, la direction a décidé de s'attacher les services d'Eduardo Berizzo. Un temps joueur de l'Olympique de Marseille, cet ancien central, plus rugueux que joga bonito, a su poursuivre le changement en profondeur du locataire du Balaidos. "Bielsa m'a montré que les choses se construisent grâce au travail, la préoccupation d'être toujours meilleur, d'être perfectionniste", évoque celui qui se veut comme le meilleur élève du Loco.
"A O'Higgins, j'ai une liberté totale"
La première rencontre entre Marcelo Bielsa et Eduardo Berizzo remonte à 1980. Alors à la tête des moins de 14 ans des Newell's Old Boys, l'actuel coach de l'OM répond positivement à l'invitation de la commune de Casilda pour son tournoi annuel. Face à ses minots, il rencontre l'équipe de Newberton : Toto Berizzo, qui y milite, tape dans l'oeil du Loco qui le ramène illico à Rosario. Lancé dans le grand bain en 1988 par ce même Marcelo, Berizzo se distingue par son jeu tout en hargne et en testostérone. Surtout, il reste à l'écoute de son gourou et ne coupe jamais le contact avec celui qu'il considère comme "un modèle". Après une carrière de joueur, qui l'a mené de Marseille jusqu'au Celta en passant par River Plate, Eduardo raccroche les crampons en 2006 après une dernière expérience à Cadix. Pas même le temps de jouir de cette retraite des prés qu'il accepte l'offre du sélectionneur national du Chili du moment, Marcelo Bielsa. De 2007 à 2010, il en devient son assistant : "Bielsa m'a enseigné que rien n'est appris, que tout est encore à découvrir. Il a été comme un guide, quelqu'un qui m'a éduqué et m'a appris à...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant