Total voit la Russie comme sa 1e source de production d'ici 2020

le
0
TOTAL VOIT LA RUSSIE COMME SA PREMIÈRE SOURCE DE PRODUCTION D'ICI 2020
TOTAL VOIT LA RUSSIE COMME SA PREMIÈRE SOURCE DE PRODUCTION D'ICI 2020

par Michel Rose

PARIS (Reuters) - Total pense que la Russie représentera d'ici 2020 sa première source de production de pétrole et de gaz, le groupe français entendant rester longtemps dans le pays en dépit des tensions avec l'Occident au sujet de l'Ukraine, a dit mercredi un responsable de l'entreprise.

"La Russie est un pays qui a des ressources importantes, du pétrole et du gaz conventionnel et non conventionnel. Nous avons de bons partenariats", a dit à des journalistes Michael Borrell, responsable de l'amont (exploration & production) pour l'Europe continentale et l'Asie centrale, en marge d'une conférence à Paris.

"Bien sûr, nous surveillons les risques qui sont associés à ce que nous faisons, mais, sur le long terme, nous sommes bien positionnés."

Les dirigeants de Total estiment que la production du groupe en Russie va bondir à 400.000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j) d'ici 2020 environ, un quasi-doublement par rapport aux 207.000 bep/j réalisés l'an dernier.

Cela sera notamment le fait du lancement, annoncée fin décembre, du projet Yamal LNG dans l'Arctique russe, l'un des plus grands projets de gaz naturel liquéfié au monde dans lequel Total détient une participation directe de 20%.

Novatek détient 60% du projet Yamal LNG et China National Petroleum Corporation (CNPC) 20%.

Les activités de Total en Russie supplanteront ainsi celles qu'il a en Norvège et au Nigeria, qui ont alterné ces dernières années au premier rang des sources de production du groupe.

Michael Borrell a déclaré qu'en dépit du regain de crispation en Ukraine ces derniers jours, il ne sentait "aucune menace de la part de ses partenaires russes".

Toujours en Russie, Total et Loukoil ont annoncé fin mars la signature d'un accord de développement du gisement de pétrole de schiste de Bajenov, en Sibérie occidentale. Selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), Bajenov pourrait receler 75 milliards de barils de pétrole de schiste, soit plus qu'il ne s'en trouve aux Etats-Unis, premier producteur mondial de pétrole de schiste.

Les perspectives favorables en Russie compensent quelque peu les reports et les surcoûts de l'énorme gisement pétrolier de Kashagan, au Kazakhstan. Yves-Louis Darricarrère, directeur de la prospection et de la production de Total, a déclaré mardi que la production ne devrait pas y reprendre avant 2015.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant